DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

En pleine crise en France, Ghosn réclame à Renault 800 000 € de retraite par an

En pleine crise en France, Ghosn réclame à Renault 800 000 € de retraite par an
Tous droits réservés  JOSEPH EID / AFP
Taille du texte Aa Aa

Même si Carlos Ghosn peut maintenant dormir sur ses deux oreilles au Liban, à l'abri des poursuites judiciaires japonaises, il aimerait disposer d'un plus gros matelas encore. Il réclame à la firme automobile française Renault, dont il était le grand patron jusqu'à son arrestation surprise à Tokyo, une retraite annuelle de pas moins de 774 774 euros brut - pour être précis -, ce qu'on appelle pudiquement dans les hautes sphères du pouvoir économique une "retraite-chapeau".

Il traîne Renault devant les prud'hommes

Jugeant que l'ancien PDG avait quitté de fait ses fonctions en se retrouvant en prison, le constructeur a annoncé en janvier 2019 qu'il avait perdu tout droit à cette pension. Mais Ghosn n'est pas du genre à lâcher prise : il attaque devant les prud'hommes, l'instance chargée des affaires sociales en France, à Boulogne-Billancourt, le siège historique de Renault dans la banlieue de Paris; le Franco-libanais prépare aussi une autre offensive judiciaire devant le tribunal de commerce.

Ses avocats affirment qu'il avait effectué des démarches pour bénéficier de ses droits à la retraite chez Renault dès le printemps dernier. Ils ont notamment écrit :

En dépit de ses demandes répétées auprès de Renault, son indemnité de départ en retraite ne lui a toujours pas été versée, plus de dix mois après son départ

Hier soir, sur la chaîne de télévision France 5, Carlos Ghosn a donné sa propre version :

Je n'ai pas du tout démissionné, je me suis retiré de mon job (...) pour permettre à Renault de fonctionner. C'était en janvier, j'étais en prison, je ne pouvais pas laisser Renault paralysé par une situation de ce type

Privé aussi d'actions se montant à plus de 15 millions d'€

Et ce n'est pas tout ! Considéré comme démissionnaire, l'homme d'affaires s'est également vu privé par le conseil d'administration de l'entreprise automobile de toucher des droits sur les actions - ce dont il profitait depuis 2015 -, délivrés grâce aux bons résultats obtenus par le fabriquant. 380 000 actions lui ont ainsi passé sous le nez, sachant que leur valeur totale représente plus de 15 millions d'euros, selon le cours actuel du titre Renault.

Alors que la France est toujours déchirée à propos de la réforme des retraites voulue par le gouvernement d'Edouard Philippe, qu'une partie de ses citoyens persiste dans les grèves et manifestations, les exigences de Carlos Ghosn paraissent déplacées à nombre d'entre eux.

Au sein même de Renault, le syndicat CGT a tenu à faire valoir son indignation :

L'ex-PDG Carlos Ghosn reste sans scrupules. Il revendique le paiement d'une retraite supplémentaire annuelle de près de 800 000 euros, soit environ 637 fois le SMIC !