DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Fermeture au public des sites des JO de Rio de Janeiro

euronews_icons_loading
Fermeture au public des sites des JO de Rio de Janeiro
Tous droits réservés
AP/ Lucas Dumphreys
Taille du texte Aa Aa

La municipalité de Rio de Janeiro a finalement annoncé vendredi avoir décidé de fermer les installations olympiques des Jeux de Rio-2016 après une décision de justice lui en donnant l'ordre, sous 48 heures jeudi.

Celle-ci avait pourtant fait appel vendredi de cette décision prise par un juge "pour préserver la sécurité de la population", en raison des "spectacles et concerts" qui y sont régulièrement organisés. Le Parc olympique de Rio a notamment accueilli fin septembre le méga festival Rock in Rio, qui a réuni plus de 700.000 personnes sur sept jours de concerts.

Dans sa décision, le juge répond favorablement à une demande du parquet fédéral de Rio d'interdire la tenue d’événements dans les installations olympiques jusqu'à ce que la mairie présente les certificats de sécurité garantissant leur bon fonctionnement.

Le procureur Leandro Mitidieri, en charge de l'affaire au Parquet fédéral de Rio, a notamment pointé du doigt le fait que les installations n'aient jamais obtenu les licences en bonne et due forme qui auraient dû être délivrées dès la fin du chantier.

"Il n'y eu qu'une succession de licences provisoires. Ce n'est pas possible que cette situation perdure depuis plus de trois ans", a affirmé le procureur jeudi lors d'une conférence de presse.

"Il faut en finir avec cette culture qui fait qu'on peut laisser fonctionner des installations de façon précaire, avec des licences provisoires, jusqu'à ce qu'il y ait une tragédie", a-t-il ajouté.

Le procureur faisait allusion à la mort en février 2019 de dix jeunes joueurs du centre de formation du club de football Flamengo lors de l'incendie de logements préfabriqués.

Les infrastructures des Jeux de 2016, les premiers jamais tenus en Amérique du Sud, avaient été vivement critiquées pour leur coût faramineux, environ 12,5 milliards de dollars (11,2 milliards d'euros), et les scandales de corruption ayant entouré les chantiers.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.