DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

C'était un premier jour guerrier au procès en destitution de Donald Trump

euronews_icons_loading
C'était un premier jour guerrier au procès en destitution de Donald Trump
Tous droits réservés  Copyright 2019 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Les débats au procès en destitution de Donald Trump se sont ouverts devant le Sénat américain par une âpre bataille sur les règles de ce rendez-vous historique. Les démocrates voulaient convoquer de nouveaux témoins-clés et demandaient des documents de la Maison Blanche, du département d'Etat et du ministère de la Défense, des pièces à conviction qu'ils n'ont pas obtenues dans la première phase à la chambre des représentants, mais un à un les différents amendements des démocrates ont été rejetés.

Le sénateur républicain Mitch McConnell : "La chambre a choisi de ne pas poursuivre des témoins qu'elle aimerait désormais voir à la barre, les démocrates voudraient maintenant que le sénat s'engage à nous poursuivre, nous les républicains. Comme je le dit depuis des semaines, personne ne dictera la procédure du sénat aux sénateurs des États-unis."

Il considère qu'un procès rapide sans preuves supplémentaires est dans l'intérêt de Trump. L'équipe juridique du président aussi comme l'a expliqué Pat Cipollone, avocat-conseil de la Maison blanche pour Donald Trump :

"Nous pensons qu'une fois que vous aurez entendu les premiers éléments, la seule conclusion sera que le président n'a absolument rien fait de mal."

Le sénateur McConnell a aussi fait voter une feuille de route pour encadrer ce procès. Résolution qu'il a toutefois été forcée de modifier, car les démocrates l'ont accusé sans détour de vouloir organiser un procès quand les Américains dorment :

"Il apparaît que le chef des républicains a décidé de suivre le désir du président de cacher autant que possible ses méfaits. On dirait que cette résolution a été écrite par la Maison blanche, pas par le sénat", a expliqué le chef de la minorité démocrate au Sénat.

"Nous avons besoin de quatre républicains qui soient prêts à choisir le camp de la justice", a-t-il aussi lancé aux plus modérés.

Les républicains peuvent effectivement gagner tous les votes de procédure, comme ils sont quasi assurés d'être en mesure d'acquitter, in fine, Donald Trump.

Le président des États-unis fait face à deux accusations : abus de pouvoir et entrave à la bonne marche du Congrès pour avoir fait pression sur son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky afin qu'il enquête sur le fils de Joe Biden en affaires en Ukraine en échange d'une aide militaire. Joe Biden étant le potentiel adversaire de Trump pour la présidentielle de novembre.

Les sondages d'opinion montrent qu'une majorité d'Américains ne croient pas au procès équitable.