PUBLICITÉ

Proche-Orient : Donald Trump et Benjamin Netanyahou présentent leur plan de paix

Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, with US President Donald Trump, speaks during an announcement of Trump's Middle East peace plan in White House on January 28, 2020
Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, with US President Donald Trump, speaks during an announcement of Trump's Middle East peace plan in White House on January 28, 2020 Tous droits réservés MANDEL NGAN / AFP
Tous droits réservés MANDEL NGAN / AFP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un "plan" qui semble imposé aux Palestiniens. Il parle de solution à deux Etats mais fait la part belle à la colonisation et suggère l'annexion par Israël de la vallée du Jourdain.

PUBLICITÉ

Une solution "réaliste" à deux Etats. C'est ce qu'a proposé le président américain lors de la présentation de son plan de paix pour le Proche-Orient. Mais est-ce réellement un plan de paix ? Un Etat palestinien démilitarisé serait créé, il pourrait avoir comme capitale Jérusalem-Est. mais les Palestiniens devraient rejeter le terrorisme et reconnaître Israël comme Etat juif.

"Ma vision présente une occasion gagnant-gagnant pour les deux parties, affirme Donald Trump, une solution réaliste à deux Etats qui résout le risque que représente un Etat palestinien pour la sécurité d'Israël. Aujourd'hui, Israël fait un pas de géant vers la paix."

Selon Benjamin Netanyahou, qui était aux côtés de Donald Trump, le plan américain octroierait à Israël la souveraineté sur la vallée du Jourdain, de quoi, comme l'ont déjà dit les Palestiniens, tuer tout espoir de paix.

"Président Abbas, a lancé Donald Trump, je veux que vous sachiez que si vous choisissez la voie de la paix, l'Amérique et de nombreux autres pays seront là pour vous aider de beaucoup de façons différentes, et nous serons là à chaque étape du processus."

Mais l'autorité palestinienne a déjà annoncé son rejet de ce plan, jugeant que Washington avait perdu toute crédibilité comme médiateur après les nombreux cadeaux offerts à Israël depuis l'arrivée de l'administration Trump à la Maison Blanche.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La prudence européenne pour le Proche-Orient

Mike Pence : "Je crois que l'Amérique est le leader du monde libre"

Procès Trump : aucun juré choisi à l'issue du premier jour