DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Bosnie : 25 ans après la guerre, les blessures ne sont toujours pas refermées

euronews_icons_loading
Bosnie : 25 ans après la guerre, les blessures ne sont toujours pas refermées
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Maja et Sanjin, un couple dans Sarajevo, un couple à l'histoire un peu particulière.

Après s'être connus, enfants de réfugiés, à Sarajevo, ils sont tombés amoureux et sont officiellement devenus ce qu'on appelle un couple mixte, représentant plusieurs ethnies présentes en Bosnie Herzégovine... quelque-chose qui est de plus en plus rare aujourd'hui.

"Avant la guerre, les gens se rencontraient, disent-ils. Ils s'aimaient. Quelque soit leur religion ou leur groupe ethnique.. C'est difficile d'expliquer ce qui se passe aujourd'hui.

Conflit le plus meurtrier en Europe depuis la Seconde Guerre Mondiale, la guerre en Bosnie a tué 100 000 personnes et en a déplacé plus de deux millions.

Personne ici n'a échappé à la guerre.

L'accord de Dayton, qui a mis fin au conflit, a divisé le pays en deux entités : la Fédération bosno-croate d'une part, et la République serbe d'autre part. Les communautés furent divisées, et le nationalisme ethnique devint un outil politique.

Adnan Huskics. School of Science and Technology de Sarajevo : "_On ne parle pas ici d’objectifs nationalistes qu'il faudrait atteindre. Je pense que ce sont plutôt des prétextes très utiles pour manipuler le public et s'assurer que personne ne pose de questions sur, vous savez, pourquoi les ressources publiques sont détournées ? pourquoi avons-nous un système judiciaire qui ne marche pas ? pourquoi n'avons-nous pas de principes de justice établis ? Pourquoi l'Etat de droit n'existe t-il pas ici ? Parce que vous savez, la question qui domine, c'est "nous contre eux". _

"Nous et eux", des notions que la ville de Mostar ne connaît que trop bien. la ville de 80 000 habitants et son célèbre pont, bombardé pendant la guerre, reste très divisée.

Bosniens musulmans et Croates catholiques ont chacun leur hôpital, leur service d'électricité, leur caserne de pompiers. Reconstruit en 2004, le pont de Mostar aurait du marquer la réunification de la ville.

Anelise Borges. Mostar : "Le lycée de Mostar, qui accueille tous les élèves de la région, n'est pas comme les autres. À l'intérieur du bâtiment, les étudiants croates et bosniaques sont séparés, ont des enseignants différents et suivent des programmes différents".

Les autorités ont rapproché les deux systèmes éducatifs - mais n'ont pas réussi à les faire fusionner Un symbole des divisions toujours bien présentes 25 ans après la guerre.

Amna Popovac. Activiste à “Nasa Stranka”:

"Dès la maternelle, vous devez choisir d'envoyer votre enfant à la maternelle bosniaque ou croate. Et les enfants ne se rencontrent pas pendant l’éducation. Ils grandissent séparément. Ma plus grande crainte est qu'avec un tel système éducatif, nous jetons les bases du prochain conflit."

25 ans après la guerre, les Bosniens aspirent toujours à la paix et à un vrai vivre-ensemble. Alors que l'Europe et le reste du monde assistent à la montée du nationalisme, les Bosniens disent qu'ils sont un exemple de la dangerosité de ce dernier.