DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le CIO reçoit l'original du manifeste olympique de 1892, rédigé par Pierre de Coubertin

euronews_icons_loading
Capture d'écran /
Capture d'écran /   -  
Tous droits réservés
Euronews
Taille du texte Aa Aa

Le texte fondateur des J.O est de retour dans sa maison olympique. Le manuscrit, quelque peu jauni par le temps, a été offert ce lundi au Comité international olympique par le milliardaire russe Alisher Usmanov, à Lausanne en Suisse.

L'homme, également président de la fédération internationale d'escrime, avait fait l'acquisition de ce texte, écrit de la main de Pierre de Coubertin, en décembre dernier lors d'une vente aux enchères à New York, pour un montant de 8,8 millions d'euros.

"Son discours à l'Université de la Sorbonne à Paris est considéré comme l'acte fondateur du mouvement olympique" explique Thomas Bach, président du CIO lors de la remise du manifeste. "Nous assistons à un moment historique avec le retour de ce manuscrit dans sa maison olympique, l'endroit où il doit être" ajoute-t-il.

Cet original du discours prononcé le 25 Novembre 1892 est la "relique" sportive la plus chère de l'histoire. Dans ce texte, le fondateur des JO envisage un monde uni par la compétition sportive, où l'athlétisme ferait plus pour instaurer la paix que "le télégraphe, les chemins de fer, le téléphone, la recherche passionnée en science, les congrès et les expositions".

"Selon moi, l'unité est le premier but à atteindre par l'intermédiaire du sport" a affirmé le donateur russe, lors de la cérémonie de remise des manuscrits. Deux ans après la rédaction de ce manifeste, Pierre de Coubertin a fondé le Comité International Olympique. Quatre ans plus tard, en 1896 les premiers Jeux Olympiques de l'époque moderne étaient organisés à Athènes en Grèce.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.