DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Angoisse à Hong Kong : et si le coronavirus se propageait à travers les canalisations ?

Medical personnels wearing protective suits wait near a block's entrance in the ground of a residential estate, in Hong Kong, on February 11, 2020
Medical personnels wearing protective suits wait near a block's entrance in the ground of a residential estate, in Hong Kong, on February 11, 2020   -  
Tous droits réservés
Anthony WALLACE / AFP
Taille du texte Aa Aa

Et si le coronavirus, appelé désormais Covid-19, se transmettait d'une personne à l'autre en montant ou en descendant à travers les canalisations d'un immeuble ? Les autorités sanitaires de Hong Kong ne veulent laisser aucune suspicion de côté car le territoire semi-autonome de Chine reste traumatisé par l'épidémie de SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui s'était justement propagée à grande vitesse d'un appartement à l'autre dans les nombreux gratte-ciels résidentiels; c'était au cours des années 2002-2003, et la maladie avait tué 299 habitants de Hong Kong, dont 42 vivant dans le même édifice.

Une tour d'habitation sous haute surveillance

Ce scénario angoissant est redouté à Hong Mei House, une tour de 35 étages qui domine l'île de Tsing Yi, dans le nord-ouest de la ville. Mais ses résidents ont à peine eu le temps d'y réfléchir puisque plus d'une centaine d'entre eux ont été évacués soudainement, dans la nuit du 10 au 11 février. Des agents des services de santé, revêtus de combinaisons intégrales, ont aussitôt investi les lieux pour tout désinfecter sans délai.

Anthony WALLACE / AFP
Medical personnel wait on the grounds of a residential estate in Hong Kong, early on February 11, 2020Anthony WALLACE / AFP

Il venait en effet d'être confirmé qu'une femme d'une soixantaine d'années qui habite au troisième étage de l'immeuble était bien contaminée par le nouveau coronavirus. Et il se trouve que son logement est situé exactement dix étages au-dessus de celui d'un homme diagnostiqué auparavant comme étant également affecté. Il y a désormais 49 cas à Hong Kong.

Le SRAS passait d'une salle de bains à l'autre

Par mesure préventive, les occupants des appartements de la tour, qui sont directement situés en dessous ou au-dessus de ceux des deux malades, ont été pris en mains par les médecins et mis en quarantaine pour 14 jours; selon le ministère de la Santé, quatre personnes du groupe qui présentent des symptômes ont été mises à l'isolement à l'hôpital.

A l'époque du SRAS, les enquêtes avaient démontré que la grave pneumonie virale avait notamment contaminé les gens en circulant d'une salle de bain à l'autre à travers les canalisations des immeubles. Une catastrophe dans une mégalopole de 7 millions d'habitants comme Hong Kong, où une grande partie de la population s'entasse dans des gratte-ciels.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.