DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La police grecque gaze les migrants à la frontière, la Turquie ouvre ses portes

euronews_icons_loading
 La police grecque gaze  les migrants à la frontière, la Turquie ouvre ses portes
Tous droits réservés  AP Photo/Giannis Papanikos
Taille du texte Aa Aa

Le panneau au-dessus de l'entrée de la frontière entre la Turquie et la Grèce dit "bienvenue", mais les migrants qui ont tenté de pénétrer de force en Grèce ne le sont pas. La police des frontières grecque les a gazés au moyen de lacrymogènes vendredi, pour les empêcher de franchir la frontière.

Les images de ces migrants montant dans des bus à Istanbul pour atteindre les frontières sans que personne ne les en empêche alimentent les théories de ceux qui prétendent que l'État turc, non seulement ne leur a pas interdit, mais a facilité leur mouvement.

_ "Un nombre important de migrants et de réfugiés se sont rassemblés à la frontière gréco-turque et ont tenté d'entrer illégalement dans le pays,_ tweete le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis_. Je tiens à être clair : aucune entrée illégale en Grèce ne sera tolérée. Nous renforçons la sécurité de nos frontières. La Grèce n'est pas responsable des événements tragiques en Syrie et ne subira pas les conséquences des décisions prises par d'autres. J'ai informé l'Union européenne."_

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis devait se rendre à Samos ce samedi, mais il a dû annuler pour convoquer une réunion d'urgence avec ses ministres de la Défense, des Affaires étrangères, et des représentants des garde-côtes grecs.

_ "Le pays accepte et accueille tous ceux qui ont des documents de voyage légaux, d_éclare Michalis Chrysohoides, ministre grec de la Protection des citoyens mais nous ne pouvons pas accepter les citoyens de pays tiers qui n'ont pas de papiers légaux".

La présidence turque a déclaré que le relâchement des contrôles aux frontières de la Turquie avec l'UE était motivée par le non versement de l'argent promis : Ankara affirme n'avoir pas reçu les fonds européens promis pour les réfugiés qu'il accueille.

L'afflux des clandestins par la mer est également en hausse. Des canots pneumatiques chargés de plus de 70 migrants, principalement des femmes et des enfants afghans, ont atteint l'île grecque de Lesbos depuis la Turquie ce vendredi matin, Ils s'ajoutent aux quelques 42 000 demandeurs d'asile qui vivent actuellement dans ces îles de la mer Égée orientale.

L'inquiétude se déplace jusqu'en Bulgarie, où le premier ministre Boyko Borisov a annoncé qu'il renforçait la sécurité aux frontières avec la Turquie. Il s'inquiète du fait que les gardes-frontières turcs ont été retirés de leur poste.