DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : face à la réquisition de masques, les fabricants s'adaptent

euronews_icons_loading
Euronews
Euronews   -   Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

L'entreprise Valmy SAS située dans la Loire est l’une des rares en France à produire des masques de protection, un objet qui suscite toutes les convoitises depuis l'apparition du Covid-19.

Le directeur de la société Nicolas Brillat a dû prendre des mesures pour faire face à une demande extrêmement forte. "On a triplé les effectifs, on est passé de 17 personnes à bientôt 55" indique-t-il, alors que sa production est désormais "dix à onze fois supérieure" à ce qui se fait en temps normal. Des machines à l'arrêt depuis 2013 ont été remises en service pour subvenir à la demande.

Le carnet de commande de Valmy est certes bien rempli, mais depuis l'annonce mardi de la réquisition de l'ensemble des masques par le gouvernement français, Nicolas Brillat craint pour ses exportations.

L'un de ses plus gros client est le NHS, le système de santé britannique. "On est face à un gros problème, c'est qu'à priori, la réquisition ne nous permet pas de les livrer, c'est compliqué" s’agace le directeur qui craint de voir ses clients étrangers se tourner vers la concurrence, notamment américaine. "On est français, on a aussi envie d'aider notre pays et de répondre" ajoute-t-il.

Masques exclusivement distribués aux professionnels de santé et aux malades du coronavirus

Les masques de la société Valmy seront donc distribués aux pharmacies du pays et seront réservés uniquement aux professionnels de santé et aux personnes infectées par la coronavirus. "Il est nécessaire d'avoir le bon produit, au bon endroit, au bon moment" indique le Dr Benkemoun, pharmacien à Lyon, qui accueille l'annonce de la réquisition favorablement. Malgré ses appels à ne pas céder à la panique, son officine ne compte plus de masques, en raison de l'afflux de personnes souhaitant s'équiper pour se prémunir face au Covid-19.

"Si actuellement il y a une espèce de peur, de panique, cela porte préjudice au moment où on en aura réellement besoin" estime-t-il. "Ça a été mon choix depuis le départ de parler de la maladie plutôt que de leurs peurs".

Sans symptômes, "le masque ne sert à rien"

Cette panique s'est notamment illustrée à Paris et à Marseille, où des milliers de masques ont été volés dans des hôpitaux.

Selon Carine Wolf That, présidente du Conseil de l'ordre des pharmaciens de France, "le masque ne sert à rien si on n’a pas de symptômes" explique-t-elle. "Le masque anti-projection, par définition, est anti-projection ; c’est-à-dire qu’il évite les projections quand on tousse ou quand on éternue. Mais il n’empêche pas une personne saine d’être contaminée car on le sait, la contamination vient essentiellement par les mains. La seule mesure efficace pour se protéger du virus ça n’est pas le masque, c’est de se laver les mains régulièrement y compris avec de l’eau et du savon simplement, de tousser éternuer dans son coude pour éviter la contamination éventuellement."