DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’industrie européenne de la mode doit s’engager dans la voie de l’économie circulaire

euronews_icons_loading
L’industrie européenne de la mode doit s’engager dans la voie de l’économie circulaire
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

Sur le podium les créations de Valérie Berckmans semblent répondre aux critères de l'industrie de la mode. Pourtant la styliste belge a une particularité. Elle a pris conscience que son secteur polluait plus que l'aviation et le transport maritime réunis.

Valérie Berckmans a donc fait de sa boutique-atelier un laboratoire de recyclage. Les chutes et les restes de tissus biologiques ou du commerce équitable se transforment en habits pour enfant, en sous-vêtements et même serviette hygiénique.

La Commission européenne veut inclure l'industrie textile dans son plan d'action pour l'économie circulaire. En retour la styliste espère une aide financière pour pouvoir maintenir cette partie de son activité qui est loin d’être rentable. "Lorsque vous produisez localement et avec des produits durables la marge est très très faible. Vous ne pouvez pas vous le permettre" sur l’ensemble de la collection explique-t-elle.

Un secteur polluant

Les créations de Valérie Berckmans sont fabriquées dans des ateliers belges et français. Elle refuse d'exploiter la main d'oeuvre dans les pays pauvres. Les produits bon marché ont entrainé une augmentation de la consommation ce qui n'est pas sans conséquence pour l'environnement. A titre d’exemple les Européens achètent en moyenne plus de 12 kg de vêtement par an. La production représente 195 millions de tonnes de CO2 et nécessite 46 millions de mètres cubes d'eau. Dans l'industrie de la mode moins d' 1% des produits est recyclé.

Ce modèle n'est plus tenable selon la Commission européenne. Le plan d'action pour l'économie circulaire, présenté mercredi, veut se concentrer en particulier sur le matériel électronique, les batteries, les produits de construction et l'alimentation. Pour le Commissaire européen chargé de l’Environnement il faut réduire au maximum les déchets. Ces pertes doivent alors être transformées pour devenir une ressource. "Comme l'Europe n'est pas riche en ressource naturelle, l'économie circulaire renforcerait l'immunité de notre économie face aux défis géopolitiques", insiste Virginijus Sinkevičius. Ce plan d'action s'articulera autour de la nouvelle stratégie industrielle afin de faire de l'Union européenne le premier continent neutre en carbone d'ici 2050.

Plus et plus rapidement

Les défenseurs de l'environnement sont cependant déçus car le texte manque d’ambition. "Le but n'est pas d'avoir le système actuel saupoudré d'un peu de recyclage", réagit Emily Macintosh du Bureau européen de l’environnement. La priorité pour les ONG est de réduire l’extraction des ressources sur la planète pour véritablement réduire les déchets.