DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le bilan de l'évolution du coronavirus en Europe

euronews_icons_loading
Le bilan de  l'évolution du coronavirus en Europe
Tous droits réservés  Lee Jin-man/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Tout a commencé en Chine à Wuhan, le 31 décembre 2019.

La province de la région d’Hubei, a signalé une maladie avec des symptômes pseudo-grippaux.

Très vite, les pistes mènent à la source du syndrome, dans un marché. S’en est suivie, la mise en place d’un contrôle aéroportuaire local.

Analyse après analyse, les scientifiques excluent le MERS et le SERS ainsi que la grippe aviaire. Ils déclarent le nouveau coronavirus responsable. Il reçoit plus tard le nom de Covid-19.

Le virus s'est rapidement propagé à travers l'Asie et les premiers décès ont été signalés.

Fin janvier, la France évacuait des ressortissants chinois. L'Espagne, le Portugal et le Royaume-Uni lui emboîtaient le pas.

Pourtant, cela n'a pas empêché pas le virus d’arriver en Europe. Des petits foyers ont commencé à émerger en France, au Royaume-Uni et en Suède.

L'Allemagne signale le premier cas de transmission à l’intérieur du pays.

Au fur et à mesure que les cas européens augmentent, le sentiment de malaise prend lui aussi de l’ampleur.

Le port de masques faciaux est devenu la nouvelle norme, malgré les allégations de leur inefficacité.

Les ventes de désinfectant pour les mains ont commencé à augmenter.

Message de prévention de l'OMS, avec Tedros Adhanom Ghebreyesus, DG

Mi-février, la France signale le premier décès dû au nouveau coronavirus. Une première mort en dehors de l'Asie. Concernés par la croissance du nombre de cas, les pays européens s’empressent d’installer des mesures de quarantaine.

Un médecin français faisait partie des personnes infectées. Il a expliqué à Euronews que la vie de famille était plus difficile que la maladie.

Nous avions interviewé Jonathan Peterschmitt, médecin français infecté par le virus le 5 mars 2020 par appel vidéo.

"Je me sens vraiment bien, je suis peut-être un peu fatigué parce que je ne dors pas beaucoup avec mes 4 enfants, mais ils m'épuiseront plus que le virus!"

Son expérience relativement douce contraste avec les turbulences sur les marchés financiers.

Jour après jour, de fortes chutes ont alimenté les craintes d'un déclin économique plus important et plus long.

L'Union européenne a offert des fonds pour payer l'assistance médicale. Ursula Von Der Leyen, présidente de la Commission européenne s'exprime sur les mesure prises par l'institution, parmi elles, un fond européen pour financer l'assistance médicale.

_"Nous proposerons un fonds d'investissement en réponse au Coronavirus, destiné au système de santé, aux PME et au marché du travail". _

Et puis, ce que l'Europe avait perçu comme un problème inquiétant, mais gérable, est devenu une crise.

Le nombre de cas de coronavirus a augmenté en Italie. Le nombre de morts aussi.

Dans le nord du pays, a vu les villes habituellement animées de Venise et Milan se transformer en villes fantômes virtuelles. Les habitants ont été sommés de rester à la maison.

Plus le nombre de malades augmentent dans dans les pays européens, plus les mesures se durcissent.

L’Italie annonce un verrouillage national, par l'intermédiaire de son premier ministre italien, Giuseppe Conte.

"Il n'y aura plus de zone rouge, il n'y aura plus de zone 1 ou de zone 2 sur notre péninsule. Il y aura toute l'Italie. L'Italie est une zone protégée."

Face aux milliers de cas en Espagne, en Italie et en France, les États-Unis ont annoncé une interdiction de voyager pour les personnes venant de la zone Schengen.

L'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré que le Covid-19 était à présent une pandémie mondiale.