DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : une patinoire transformée en morgue à Madrid

Des membres de l'armée espagnole accueillant un fourgon arrivant au "Palacio de Helio" à Madrid, le 23 mars 2020.
Des membres de l'armée espagnole accueillant un fourgon arrivant au "Palacio de Helio" à Madrid, le 23 mars 2020.   -   Tous droits réservés  PIERRE-PHILIPPE MARCOU/AFP
Taille du texte Aa Aa

L'Espagne a vécu lundi sa journée la plus noire depuis le début de la pandémie de coronavirus, avec près de 500 morts de plus en 24 heures, obligeant à transformer une patinoire de Madrid en morgue pour entreposer des cadavres.

Près de 60% des décès se concentrent dans la région de Madrid qui face à la saturation de ses services funéraires, a décidé d'aménager comme morgue la grande piste de patinage d'un centre commercial de la ville. Les pavillons de la patinoire ont été transformés en hôpital de campagne de 1 500 lits, qui pourrait à terme en accueillir jusqu'à 5 500. Plus de 10 000 cas de contamination au Covid-19 ont été enregistrés également dans la capitale espagnole selon les derniers chiffres disponibles.

PIERRE-PHILIPPE MARCOU/AFP
Des policiers bloquant l'accès au "Palacio de Hielo" à Madrid, le 23 mars 2020.PIERRE-PHILIPPE MARCOU/AFP

"Les préparatifs ont débuté pour habiliter l'installation prêtée par le Palacio de Hielo (le Palais de Glace) pour accueillir des cadavres, et ainsi faciliter le travail des services funéraires, face à cette situation exceptionnelle", a annoncé la région de Madrid, qui a évoqué "une mesure exceptionnelle", visant à "soulager la douleur des proches des victimes et la situation dans les hôpitaux madrilènes".

Cette patinoire est proche de la foire de Madrid dont les immenses halls d'exposition sont transformés en hôpital

Le dernier bilan national fait état de 33 089 contaminations et de 2 182 morts.

Les autorités espèrent cependant approcher du pic de contagion et ont écarté l'idée de prendre des mesures encore plus drastiques.

Le gouvernement du socialiste Pedro Sanchez, qui avait mis le pays en état d'alerte le 14 mars, s'apprête à prolonger de deux semaines, jusqu'au 11 avril, le confinement presque total des 46,6 millions d'habitants, dont il vante le comportement.

Les Espagnols ne sont autorisés à sortir de chez eux, individuellement et en gardant leurs distances, que pour acheter des produits de première nécessité, se rendre au travail quand le télétravail n'est pas possible ou encore sortir brièvement leur chien.

L'Espagne est le deuxième pays le plus touché d'Europe par le Covid-19 après l'Italie.