DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

La Pologne veut construire six centrales nucléaires d'ici 2043

euronews_icons_loading
Photo d'illustration - cheminées de la centrale nucléaire de Three Mile Island aux Etats-Unis en novembre 2006
Photo d'illustration - cheminées de la centrale nucléaire de Three Mile Island aux Etats-Unis en novembre 2006   -   Tous droits réservés  Carolyn Kaster, AP
Taille du texte Aa Aa

Si la plupart des Polonais connaissent les centrales par ce qu'ils voient dans les films, la catastrophe de Tchernobyl reste dans toutes les mémoires et le pays est l'un des rares en Europe à ne pas disposer de réacteur nucléaire.

Mais, alors que certains pays européens se sont engagés à sortir du nucléaire, la Pologne veut faire l'inverse.

Accompagner le développement économique

"Nous avons constamment besoin de nouvelles sources d'énergie," a assuré Zbigniew Gryglas, ministre polonais des actifs publics, avant d'ajouter : "Il nous faut de nouvelles centrales pour qu'elles fournissent de l'électricité à l'économie polonaise qui se développe de manière dynamique."

Le gouvernement polonais n'entend pas totalement renoncer aux centrales à charbon. Et jugeant les énergies renouvelables insuffisantes pour couvrir les besoins de son économie, il prévoit de bâtir un secteur énergétique nucléaire civil.

"Nous entreprenons quelque chose de très important pour l'Europe : nous prenons soin de l'environnement et nous maintenons la sécurité de l'approvisionnement en énergie," a estimé Grzegorz Tobiszowski, eurodéputé polonais et spécialiste de l'énergie.

Le président de la Pologne Andrzej Duda a de son côté, lancé lors d'un rassemblement : "C'est un combat pour le climat et un air propre. Nous devons opérer des changements dans notre secteur énergétique : nous devons avoir une énergie qui s'appuie davantage sur le gaz et il est probable que nous construirons aussi des centrales nucléaires," a-t-il assuré.

Partenariats internationaux

La Pologne ne le fera pas seule. Les Français ou les Américains leur apporteront leurs compétences en la matière.

"Je pense que nous pouvons nous attendre à des décisions dès cette année," a déclaré Piotr Muller, porte-parole du gouvernement lors d'une interview sur la radio polonaise Program 1. "Des négociations sont en cours ; je ne ferais pas preuve de responsabilité si je désignais le partenaire que nous préférons parce que les discussions portent sur des sommes très importantes," a-t-il fait remarquer.

Selon le gouvernement, le nucléaire représentera à terme, 20% du mix énergétique polonais. "Dans vingt ans," a assuré Piotr Naimski, plénipotentiaire gouvernemental pour les infrastructures énergétiques stratégiques, "nous voulons avoir 6 à 9 gigawatts issus du nucléaire : ce qui signifie que nous allons construire six réacteurs dans différentes régions de Pologne."

25 à 30 milliards d'euros dans un premier temps

On ne connaît pas encore le lieu de construction du premier réacteur polonais. "Actuellement, il y a des discussions qui sont menées pour déterminer le lieu de construction de la première centrale nucléaire et ce sera sur la côte de la mer Baltique : deux sites à l'ouest de Gdansk sont envisagés," nous a précisé Paweł Gajda, du département énergie nucléaire à l'Université AGH.

Il est difficile d'évaluer le coût de la construction de ces infrastructures car de nombreuses questions restent en suspens. Le gouvernement suggère dans un premier temps, d'y consacrer 25 à 30 milliards d'euros.

"Nos finances nous permettent de construire des centrales nucléaires en Pologne," a affirmé Piotr Naimskilors d'une intervention publique.

Cela fait plus de trente ans qu'on parle de construire des centrales nucléaires en Pologne. Face aux défis climatiques et à la pression politique extérieure, il semble que son gouvernement actuel veuille passer des mots aux actes.

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.