DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Contre le coronavirus, Viktor Orbán obtient les pleins pouvoirs... mais jusqu'à quand ?

euronews_icons_loading
Viktor Orban participe à une séance de questions réponses au parlement hongrois à Budapest, le 31 mars 2020
Viktor Orban participe à une séance de questions réponses au parlement hongrois à Budapest, le 31 mars 2020   -   Tous droits réservés  Zoltan Mathe, AP
Taille du texte Aa Aa

En Hongrie, à la demande de Viktor Orban, le parlement a décidé d'accorder ce lundi au Premier ministre le pouvoir de légiférer par ordonnances, donc sans contrôle des députés, dans tous les domaines, et ce pour une durée indéterminée.

Le texte, adopté avec la majorité requise des deux tiers, prolonge l'état d'urgence décrété au motif de la lutte contre le coronavirus.

Plusieurs députés de l'opposition ou indépendants disent craindre que ce nouvel "ordre légal spécial" perdure indéfiniment et menace un peu plus la démocratie :

"Les partis de l'opposition ne demandent qu'une chose, a déclaré Timea Szabo, du parti Dialogue pour la Hongrie, c'est que le gouvernement mette une limite de 90 jours à cette loi".

Cette fameuse "Loi Covid", qui exclut par ailleurs l'organisation de toute élection ou référendum pendant son application, a entraîné l'indignation européenne. Le président du Parlement européen s'est inquiété de cette "suspension" de la démocratie. Les défenseurs de la presse dénoncent eux une nouvelle atteinte aux libertés des médias.

Le bilan officiel ce lundi en Hongrie était de 17 personnes tuées par le Covid-19.

A Budapest, Zoltán Siposhegyi nous donne des précisions : "Même les constitutionnalistes les plus éminents ne savent pas ce qu'est cet "ordre légal spécial" voulu par le Premier ministre. Mais ils sont d'accord pour dire que sans cour constitutionnelle forte, le gouvernement pourra décider seul du respect qu'il porte aux institutions démocratiques, et pourquoi pas dans le cas le plus extrême dissoudre le parlement".

Réaction du parti au pouvoir en Hongrie après la publication de cet article