DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus en Italie : 760 décès en 24h, pratiquement 14 000 depuis le début de l'épidémie

euronews_icons_loading
 Coronavirus en Italie : 760 décès en 24h, pratiquement 14 000 depuis le début de l'épidémie
Tous droits réservés  Cecilia Fabiano/LaPresse
Taille du texte Aa Aa

760 nouvelles personnes ont succombé au Covid-19 lors dernières 24 heures en Italie. Le nombre total de décès est de 13 915, selon le dernier bilan communiqué ce jeudi soir par la protection civile italienne.

Après une baisse hier, le nombre de décès enregistrés en 24 heures et reparti légèrement à la hausse aujourd'hui (+33 par rapport à la veille).

Sur l'ensemble du territoire italien, 115 242 cas confirmés (comprenant les décès et les personnes guéries) ont été répertoriés depuis le début de cette crise sanitaire. Rome a également indiqué que 4 053 personnes étaient toujours en soins intensifs ce jeudi soir.

Mort d'un premier détenu du coronavirus

Ce jeudi, l'ONG Antigone a annoncé qu'un premier détenu est mort après avoir été contaminé par le Covid-19 en Italie. Cette ONG, spécialisée dans la défense des droits des prisonniers, a appelé à davantage de libérations anticipées dans les prisons surpeuplées de la péninsule.

Antigone a également indiqué que 120 gardiens de centres de détention ont été testés positifs.

D'après le ministère italien de la Justice, deux membres du personnel pénitentiaire sont morts des suites du Coronavirus et 19 détenus ont été testés positifs sur une population carcérale totale de 58 000 personnes.

Tests en drive-in

Pour accélérer la détection de la maladie, la ville d’Alexandrie, dans le nord-ouest de l’Italie, a mis en place des tests en drive-in. Une tente, deux infirmiers, et les voitures qui s’avancent à tour de rôle. Le passager baisse sa vitre, le temps que l’un des infirmiers fasse le prélèvement à l’aide d’un coton-tige.

Les échantillons sont ensuite analysés en laboratoire et connus au bout de quelques jours. Ce système s’inspire de ce qui a été initié en Corée du Sud.

Cela permet de tester davantage de monde sans mobiliser trop d’équipements.

Depuis le 9 mars, le pays tout entier est confiné pour tenter d’enrayer la progression de la maladie.