DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Italie, Espagne, France : l'Europe bataille contre la pandémie

euronews_icons_loading
Italie, Espagne, France : l'Europe bataille contre la pandémie
Tous droits réservés  Cecilia Fabiano/LaPresse
Taille du texte Aa Aa

Sur les dix nations les plus infectées au monde, sept sont Européennes. Alors qu'en Italie, la bataille contre le Covid-19 semble enfin porter ses fruits, le nombre de nouveaux décès continue d'augmenter en France et au Royaume-Uni.

Plus de 13 000 victimes et en plein effort, l'espoir d'avoir atteint le pic. En Italie, pays au monde qui paye le plus lourd tribut, la pandémie de COVID-19 a connu mercredi sa plus faible mortalité en une semaine.

Mais pas question pour autant d'envisager la fin du confinement, a rappelé le président du Conseil :

"Dès que les données seront plus claires, et quand le conseil d'experts nous autorisera à le faire, nous planifierons un assouplissement des mesures. Je ne peux pas vous dire, cependant, que cela aura lieu le 14 avril. Car nous sommes pas en conditions de le savoir", a déclaré Giuseppe Conte.

L'Espagne est le deuxième pays européen le plus meurtri avec plus de 9 000 décès. Les cérémonies funéraires sont interdites et le nombre de personnes limitées à trois lors des obsèques. L'inquiétude est grande dans les hôpitaux, où les unités de soins intensifs sont pleines.

Sur le plan scientifique, l'effort se poursuit. Des échantillons étaient prélevés cette semaine par des infirmières et envoyés à une équipe d'experts qui mènent une série d'études pour le compte du ministère de la Santé.

Un dé-confinement par tranche d'âge ou par région ?

En pleine troisième semaine de confinement, la France a enregistré son pire bilan mercredi : 509 morts, rien que dans les hôpitaux. Les transferts de patients se poursuivaient mercredi depuis les régions les plus touchées, comme celle du Grand-Est.

Le retour à la normale ne se fera que progressivement, a averti le Premier ministre Édouard Philippe, qui a estimé qu'il était probable que le dé-confinement ne se fasse pas "en une fois, partout et pour tout le monde", mais peut-être par tranche d'âge, ou par région.

Comme son homologue italien, il admet que "le dé-confinement va dépendre d’éléments dont nous ne disposons pas entièrement aujourd’hui".

Alors que la Royal Air Force testait les nouvelles capsules hermétiques EpiShuttle, destinées aux transports de patients, le Royaume-Uni annonçait lui plus de 500 morts, du jamais vu en un jour dans le pays, pour un total de plus de 2 000 victimes.

Un centre de tests réservé au personnel soignant en première ligne a vu le jour sur le parking d'un Ikea dans le quartier de Wembley, à Londres. Le gouvernement britannique, critiqué pour avoir tardé à prendre la mesure de la pandémie, précise que d'autres installations similaires sont en cours de montage.