DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : un couple d'Italiens raconte la venue au monde de leur enfant en pleine pandémie

euronews_icons_loading
Coronavirus : un couple d'Italiens raconte la venue au monde de leur enfant en pleine pandémie
Tous droits réservés  AP
Taille du texte Aa Aa

Un couple d'Italiens raconte la venue au monde de leur troisième enfant, en pleine pandémie de coronavirus. Un accouchement bousculé.

Emanuela vient de mettre au monde son troisième enfant, mais cette naissance ne ressemblait aucunement aux précédentes... Cette Italienne prévoyait d'accoucher dans une clinique spécialisée en présence de son mari Alessio. Mais ce scénario idyllique a pris du plomb dans l'aile avec la crise du coronavirus, qui a particulièrement touché l'Italie.

Dans la région, les visites ont été interdites en maternité. C'est donc sans son mari que cette professeur de fitness de 44 ans originaire du nord-ouest de l'Italie a donné naissance à son enfant.

"La différence avec les fois précédentes, c'est que papa n'est pas là. Son père m'a emmené à l'hôpital et à 7 heures du matin, il est reparti très triste", se souvient-elle. "C'était très dur", confie son mari Alessio. "Nous pleurions", confie Emanuela.

Un environnement anxiogène et inhabituel pour les femmes enceintes qui requièrent une attention particulière des personnels soignants.

"D'un point de vue médical, il est extrêmement important de faire en sorte que la patiente se sente en sécurité", explique Marco Adriano, gynécologue à l'hôpital Giannina Gaslini, situé à Gênes. "Elles ont évidemment peur, elles craignent pour leur propre santé et surtout pour celle de leur enfant."

Séparation temporaire

Les futures mères testées positives au coronavirus sont transférées à l'hôpital San Martino à Gênes, le centre régional de référence pour les cas de Covid-19. Et après l'accouchement, la mère et l'enfant doivent être séparées temporairement

"Nous les séparons et c'est très dur, comme vous pouvez l'imaginer", raconte Claudio Gustavino, chef du service gynécologie à l'hôpital San Martino. "La mère et l'enfant doivent être isolés l'un de l'autre jusqu'à ce que nous puissions avoir une vue claire sur la situation, en attendant de savoir si la patiente n'est plus suspectée d'avoir le Covid-19, ou si elle n'a plus de symptômes et peut ainsi sortir de la quarantaine".

En tout, une trentaine de femmes ont accouché à l'hôpital San Martino depuis le début de la crise, dans ces conditions exceptionnelles.