DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Donner la vie malgré le coronavirus, un défi pour les maternités

euronews_icons_loading
Donner la vie malgré le coronavirus, un défi pour les maternités
Tous droits réservés  archives
Taille du texte Aa Aa

Comment les maternités prennent-elles en charge les femmes enceintes porteuses de covid-19 ? Que se passe-t-il après la naissance ? Quelles mesures sont prises pour éviter la contagion avec le bébé ou les autres patientes ? Témoignages.

C'était juste avant le début du confinement. Ce couple a eu la chance de vivre la naissance de leur enfant ensemble, à l'hôpital. En témoigne cette photo postée sur Instagram.

Mais pour d'autres, ce moment unique ne se déroulera pas forcément comme ils l'avaient imaginé ou rêvé. En pleine crise du coronavirus, les services de maternité sont confrontés à des difficultés inédites.

Cette soignante avec laquelle notre journaliste s'est entretenu travaille dans un service de maternité d'un hôpital de région parisienne. Elle a préféré s'exprimer anonymement, mais elle tenait à nous raconter son quotidien devenu encore plus stressant, depuis le début de la pandémie.

Si la mère est atteinte du covid-19, que se passe-t-il après la naissance ?

Des cas de covid-19 ont été recensés parmi des femmes enceintes qui s'apprêtent ou qui donnent naissance à leur enfant. Pour éviter toute propagation du virus, de strictes mesures de précaution ont été prises pour protéger l'enfant, même si elles sont difficiles à vivre.

"A partir du moment où on a une suspicion sur la maman, on fait les tests sur la maman et on les sépare...", nous raconte-t-elle. "Cela prend au minimum trois jours le temps d'avoir fait tous les tests",et en cas de résultat positif au coronavirus, "cela peut durer jusqu'à 14 jours".

Un temps que la mère trouve forcément long. "On essaie de maintenir un lien en envoyant des photos, en leur disant ce qui se passe. C'est difficile, parce qu'être séparé de son enfant à la naissance ce n'est pas ce qu'on souhaite".

De plus en plus d'établissements hospitaliers interdisent désormais aux pères d'assister à l'accouchement, un moment pourtant si unique. Ce n'est pas le cas dans l'établissement dans lequel cette professionnelle de santé travaille. Ce n'est d'ailleurs pas le cas partout.

Mais "après toute naissance", dans le cas de patientes positives au covid-19, une "distanciation" s'impose : "toutes les visites sont interdites" et le "papa ne peut voir ni la maman ni l'enfant".

Un manque de moyens dans les maternités ?

Les cas de patientes contaminées ne sont heureusement pas une majorité. Mais cette situation de crise fait peser une pression supplémentaire sur les équipes, alors que les personnels de santé réclament depuis des mois des moyens supplémentaires dans les hôpitaux français, aujourd'hui saturés ou proche de l'être, notamment en Île-de-France et dans le Grand Est.

Les personnels interrogés se disent "pleinement mobilisés". Mais nous avons demandé à cette professionnelle de santé interrogée anonymement si les masques avaient été en nombre suffisant dès le début de la pandémie.

"Non, au départ, on était pas du tout assez équipés", nous répond-elle. "On prenait nos précautions, comme d'habitude, jusqu'à ce qu'on nous disent de mettre des masques tout le temps, mais des masques, on en avait pas assez."

Quelles mesures pour éviter la contagion en maternité ?

Désormais, plus de matériel serait disponible, et de strictes mesures ont été prises pour réduire le risque de propagation du virus parmi les patientes au sein de la maternité.

"Les patientes qui se présentent aux urgences avec des symptômes ou qu'on connait positives ne rentrent pas par la même porte, elles ont des salles dédiées aux urgences", explique Marine Muscat Orbach, sage-femme. "Et on limite les allées et venues au maximum en mettant en place la téléconsultation pour les patientes qui ne présentent pas un risque majeur dans le suivi de leur grossesse".

Il semble difficile à ce stade d'évaluer avec précision les risques de transmission de la mère à l'enfant pendant la grossesse - elle ne serait pas exclue, selon les sites spécialisés qui se basent sur de premières études. Et le cas d'un décès d'un nourrisson aux Etats-Unis, un cas certes rare, invite néanmoins à la plus grande prudence.