En Macédoine du Nord, la guerre des fake news fait rage

En Macédoine du Nord, la guerre des fake news fait rage
Tous droits réservés Boris Grdanoski/AP
Tous droits réservés Boris Grdanoski/AP
Par Maxime Biosse DuplanBorjan Jovanovski
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Depuis l'accession du pays de deux millions d'habitants à l'OTAN fin mars, des nouvelles insistantes sur les réseaux sociaux font état du nouveau réseau 5G, poussé en avant par l'Alliance Atlantique, comme d'un puissant vecteur de propagation du coronavirus.

PUBLICITÉ

En Macédoine du Nord, la guerre des fake news fait rage. Depuis l'accession du pays de deux millions d'habitants à l'OTAN fin mars, des nouvelles insistantes sur les réseaux sociaux font état du nouveau réseau 5G, poussé en avant par l'Alliance Atlantique, comme d'un puissant vecteur de propagation du coronavirus.

Insensé ? Pas tant que ça quand on constate que l'OTAN a mis en place un programme pour conter ces fausses informations. La Macédoine et le Monténégro, ce n'est pas nouveau, sont des terrains d'influences privilégiés de la Russie.

F2N2, un réseau citoyen de lutte contre la désinformation, le sait bien : "La Macédoine du Nord, explique Rosana Aleksovska, est en première ligne de la guerre de l'information. Et dans le cadre de la pandémie de Covid-19, nous voyons des récits anti-UE favoriser la Chine et la Russie et saper les efforts de l'UE. La dernière campagne de désinformation sévère a été menée pendant la période où la Macédoine du Nord a obtenu la garantie de pourparlers d'adhésion à l'Union Européenne, avec un pic le 27 mars, lorsque le pays est devenu membre de l'OTAN."

Le processus d'intégration européenne et atlantique de la Macédoine n'a pas cessé d'être parasité par des cyber-campagnes de propagande, de sorte que le gouvernement envisage à présent de faire appel directement à l'OTAN.

Damjan Mancevski, ministre de la société de l'information : "Nous avons utilisé ce type de mécanismes pendant tout le processus d'adhésion à l'OTAN, car à l'époque où la Macédoine devenait officiellement un État membre de l'OTAN, il y avait diverses campagnes anti-OTAN, y compris la campagne anti-5G... différentes campagnes de désinformation pour agiter l'opinion publique".

Et même si l'OTAN considère depuis 2014 les cyber-attaques comme des menaces réelles, la question est désormais de savoir si sa réponse sera vraiment à la hauteur.

Marija Petrovic, ambassadrice du Monténégro en Macédoine du Nord : "Le Monténégro et la région en général sont exposés à des menaces hybrides et à la désinformation. C'est pourquoi une communication stratégique efficace est un facteur clé dans l'élimination de ces menaces. C'est pourquoi l'OTAN, avec son principal allié - l'Union Européenne, doivent être plus visibles dans la coordination de ces messages clés à destination des Balkans occidentaux."

A Skopje, Borjan Jovanovski, pour Euronews : "Il est aujourd'hui clair que la pandémie de coronavirus constitue une opportunité nouvelle et évidente pour des campagnes organisées de diffusion de fausses nouvelles, et ce uniquement dans le but de discréditer les processus d'euro-intégration."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Macédoine du Nord plaide pour la stabilité des Balkans

Macédoine du Nord : des législatives dans un pays divisé

OTAN : Jens Stoltenberg exhorte les alliés à fournir davantage de Patriot à l'Ukraine