DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L’UE doit gérer à la fois une crise sanitaire et la plus grave récession économique de son histoire

euronews_icons_loading
L’UE doit gérer à la fois une crise sanitaire et la plus grave récession économique de son histoire
Tous droits réservés  Markus Schreiber/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

L’UE connait une récession d’une ampleur historique. Les propos du Commissaire européen chargé de l’Economie, Paolo Gentiloni, sont sans détour "l’Union européenne est entrée dans la récession la plus grave de son histoire". La Grèce et l’Italie seront le plus gravement touchées avec une baisse de presque 10%. Pour d’autres comme le Portugal ou l’Allemagne la chute devrait se situer en dessous de 7%.

La vitesse à laquelle les pays membres vont pouvoir rebondir dépendra de l’évolution de la pandémie. Les gouvernements vont marcher sur un fil entre la relance de l’activité économique et la protection de la santé publique.

Une course internationale aux dons

La Commission européenne a donné le coup d’envoi d’un marathon mondial de promesses d’aide, afin de rassembler les moyens nécessaires pour lutter contre le coronavirus. "Notre premier objectif est de rassembler 7 milliards et demi d’euro ou 8 milliards de dollars. Ce sont les fonds dont nous avons besoin actuellement pour travailler sur des vaccins, des outils de diagnostics et des traitements", explique la présidente de la Commission européenne. Mais Ursula von der Leyen ajoute dans le même temps qu’il "faudra plus" par la suite.

Le Premier ministre britannique, lui-même infecté, lance un appel à la communauté internationale. "La course à la recherche d’un vaccin pour combattre ce virus n’est pas une compétition entre pays mais l’effort commun le plus urgent de notre vie. C’est l’humanité contre le virus", insiste Boris Johnson. Les Etats-Unis et la Russie étaient les grands absents de cette visioconférence internationale.