EventsÉvùnementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Ukraine : faute d'argent, les animaux de ce zoo mangent moins

Ukraine : faute d'argent, les animaux de ce zoo mangent moins
Tous droits rĂ©servĂ©s AFP
Tous droits rĂ©servĂ©s AFP
Par Euronews avec AFP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

đŸ‡ș🇩 Le confinement a considĂ©rablement rĂ©duit les revenus de ce zoo ukrainien. Le rĂ©gime alimentaire des animaux a dĂ» ĂȘtre adaptĂ©. #COVID19

PUBLICITÉ

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus en Ukraine, le zoo de Mykhailo Pinchuk a dû adapter le régime alimentaire de ses animaux, faute d'argent. Nourrir, les félins, les singes et les girafes coûte environ 17 000 euros par mois pour ce parc de 18 hectares.

Le bƓuf de haute qualitĂ© a Ă©tĂ© partiellement remplacĂ© par d'autres viandes et le brocoli Ă©changĂ© contre du chou moins cher. Les animaux ont Ă©tĂ© surpris par ces changements, et l'un des lĂ©opards a visiblement perdu du poids, disent les gardiens de zoo.

"Nous avons honte et ils sont tristes" se désole Mychailo Pinchuk à l'AFP. Une forte baisse des revenus due au confinement les a durement touchés. "Notre seule source de revenus, ce sont les tickets d'entrée du zoo. à cause de la mise en quarantaine, on ne peut laisser entrer personne".

Le zoo lance un appel au don

Créé en 2015, le zoo privé, le plus grand du pays, est situé à la périphérie du village de Demydiv, à environ 40 kilomÚtres (25 miles) au nord de Kiev et abrite environ 450 animaux, dont des léopards, des ours et des girafes.

Fermé depuis prÚs de deux mois, l'établissement qui puise dans ses réserves a donc lancé un appel urgent aux dons. 7 500 dollars (6 920 euros) ont été récoltés mais le zoo a besoin de plus pour survivre.

Les nouveaux aliments ont affecté l'humeur des animaux d'aprÚs les gardiens. "Ils sont comme les gens, ils aiment la variété" explique Maksym Kovalev, qui y travaille depuis prÚs de deux ans. "C'est comme passer à la bouillie aprÚs avoir mangé de la nourriture au restaurant."

Les animaux carnivores comme les lions et les jaguars ont dû s'habituer à réduire les rations de viande de haute qualité, explique un autre gardien, Igor Dzharayan. Tout est fait pour que l'apport calorique journalier nécessaire aux animaux soit respecté.

Certains animaux sautent parfois plusieurs repas avant de s'habituer à de nouveaux aliments. "Au début, ils ne comprennent tout simplement pas ce qui leur a été apporté et ne le mangent pas. Ils le regardent avec surprise" explique le patron.

Distanciation sociale avec les singes

Les singes, dont les régimes sont chers, ont également été considérablement affectés indique-t-il. Joseph l'orang-outan aime les kakis et les mandarines et son humeur peut devenir aigre s'il n'obtient pas son fruit préféré explique Pinchuk.

Au début, le personnel a essayé d'éviter le contact avec les singes, craignant qu'ils ne soient infectés par le coronavirus, mais cela s'est avéré trop difficile.

"C'était insupportable. Ils nous voyaient passer et ne pas entrer dans leur cage. Ils ne comprenaient pas pourquoi on ne rentrait pas, il s'asseyaient à la porte en pleurant, en serrant la porte." décrit le propriétaire du zoo.

Les singes ressentent également le manque des visiteurs d'aprÚs les gardiens. L'établissement, qui accueille chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes, est particuliÚrement fréquenté au printemps.

À partir de lundi, l'Ukraine devrait commencer Ă  lever les mesures de confinement, ce qui donne de l'espoir Ă  Mykhailo  Pinchuk de pouvoir ĂȘtre autorisĂ© rouvrir en tant que parc en plein air.

Des restrictions sĂ©vĂšres devront probablement ĂȘtre introduites pour assurer la sĂ©curitĂ© des animaux, notamment l'interdiction de les nourrir.

Partager cet articleDiscussion

À dĂ©couvrir Ă©galement

Brésil : Jair Bolsonaro accusé d'avoir bénéficié d'un "faux" certificat de vaccin anti-Covid

Au carnaval de Rio, l'hommage Ă  la culture yanomamie

La ville de Port-Soudan confrontée à une épidémie de choléra