DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Coronavirus : les écoles rouvrent aux élèves en France

euronews_icons_loading
Une école à Paris, le 11 mai 2020.
Une école à Paris, le 11 mai 2020.   -   Tous droits réservés  JOEL SAGET/AFP
Taille du texte Aa Aa

C'est la rentrée, ou plutôt la reprise ! Ce mardi, environ un million d'enfants vont reprendre le chemin de l'école en France. Mais ce redémarrage limité et strictement encadré suscite de nombreuses craintes face à une épidémie de Covid-19 toujours active dans l'Hexagone.

Avec cette décision contestée par des scientifiques et certains élus, le gouvernement entend poursuivre la levée progressive du confinement, qui a débuté lundi avec la réouverture de nombreux commerces et la fin de restrictions de déplacement imposées aux Français pendant 55 jours.

Pour répondre aux craintes des enseignants et des familles, les milliers d'écoles maternelles et primaires qui rouvrent leurs portes à partir de mardi seront soumises à un strict protocole sanitaire afin d'éviter toute nouvelle flambée de l'épidémie, qui a fait 26 643 morts en France selon le bilan officiel publié lundi soir par le ministère de la Santé.

Mise en place d'un cadre sanitaire stricte

Lavage de mains à répétition, port du masque recommandé pour les enseignants, respect "en permanence" des gestes barrières, limitation du nombre d'élèves par classe avec une maximum dizaine d'enfants maximum... Le protocole établi par le gouvernement doit permettre "une remise en marche" de l'école, selon le ministre français de l'Education Jean-Michel Blanquer.

"Pour l'instant ça se présente bien, même si c'est très différent de ce qu'on a l'habitude de connaître et on est dans quelque chose de tout à fait inédit", a-t-il admis lundi tout en défendant une décision dictée par la volonté "de faire revenir ceux qui (se) sont les plus éloignés de l'école" pendant le confinement.

Pour tenter de calmer la fronde, l'exécutif a par ailleurs laissé aux parents le choix de ramener ou non leurs enfants à l'école et estime à 1,5 million (sur un total de 6,7) le nombre d'élèves concernés par cette rentrée qui s'échelonnera tout au long de la semaine. Les collèges doivent, eux, commencer à rouvrir à partir du 18 mai dans les seules zones où le virus circule peu.

Appel à la prudence

Avec le début du confinement, le pays redoute plus que tout une deuxième vague épidémique et garde un œil attentif sur l'Allemagne ou la Corée du Sud qui ont dû rétablir des mesures de restrictions après l'apparition de nouveaux cas de contamination.

Dans un rapport publié lundi, le "Monsieur déconfinement" du gouvernement, Jean Castex, a d'ailleurs prévenu qu'un "reconfinement en urgence (devait) être anticipé".

Pour chasser ce spectre, le gouvernement pourra s'appuyer sur la loi prorogeant l'état d'urgence que le Conseil constitutionnel a validée lundi, confirmant notamment la limitation des déplacements à 100 km mais censurant certains éléments liés à l'isolement des malades et au "traçage" de leurs contacts.

Dénonçant "l'irresponsabilité de certains comportements", les autorités ont d'ores et déjà resserré la vis à Paris où la consommation d'alcool sera interdite sur les voies sur berges et le long du canal Saint Martin, où des dizaines de personnes s'étaient rassemblées lundi soir.