DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

L'Espagne se déconfine à petits pas

euronews_icons_loading
L'Espagne se déconfine à petits pas
Tous droits réservés  Euronews
Taille du texte Aa Aa

C'est un déconfinement à la carte qui a débuté ce lundi en Espagne. La cloche commence à se lever pour une large moitié du pays, comme à Guadalajara, près de Madrid.

Mais après deux mois de restrictions, ce n'est pas vraiment un retour à la vie d'avant, les commerces peuvent accueillir dix clients tout au plus, et les cafés se remettent en route.

"D'habitude, on a 20 tables en terrasse", explique Alfonso Lopez, propriétaire d'un bar, "là, c'est le jour de la reprise, et on n'en a mis que cinq pour voir comment ça se passe. Elles sont espacées de trois mètres, et on nettoie tout à la javel après chaque passage, on utilise du gel hydroalcoolique et on porte des masques. On dirait que les gens commencent à retrouver un peu le sourire."

A l'extérieur, ce premier verre au soleil aurait presque un goût de retour à la normale.

"Guadalajara se trouve à tout juste 40 minutes de Madrid, et pourtant, c'est presque une autre planète", indique Jaime Velázquez, journaliste à Euronews. "Aucun décès lié au Covid-19 n'y a été enregistré au cours des dernières 24 heures, donc dans cette ville, la vie reprend ses droits peu à peu. Madrid, en revanche, devra attendre au moins jusqu'à lundi prochain pour assister à une levée des mesures de restriction".

Dans la capitale espagnole, tout comme à Barcelone, ou en Andalousie, il faudra attendre avant d'entrer dans la première phase du déconfinement. Mais dans le reste du pays, où les mesures ont été largement assouplies, l'heure n'est pas encore à un véritable retour à la normale.

"Il y a encore beaucoup d'appréhension, parce que tout ça est encore récent", note Jose Luis Ortega, commerçant. "Comparé au nombre de clients qui défilent d'habitude, ce n'est vraiment pas un jour ordinaire. C'est comme si les gens attendaient de voir comment ça se passe".

Dans cette province, le Covid-19 a fait plus de 250 morts. Les familles peuvent enfin organiser des funérailles et des cérémonies en mémoire de leurs proches.

"J'ai dû célébrer seuls des enterrements au cimetière", relate Jose Antonio Fidalgo, prêtre de la paroisse de Santiago. "Et j'étais seul, car aucun membre de la famille n'était présent. Parfois, il n'y avait que deux personnes. Et les proches me disaient : on n'a plus de larmes, parce que mon père est mort il y a dix jours".

Certains fidèles retrouvent ainsi le chemin des églises, qui viennent de rouvrir leurs portes.

La majeure partie de l'Espagne entre dans une phase de transition. Mais cette levée des restrictions a aussi exacerbé les tensions entre le pouvoir central et les régions, en premier lieu à Madrid, où les velléités de déconfinement des conservateurs qui dirigent la province ont été retoquées par l'exécutif espagnol.