PUBLICITÉ

Au judo, tout est une question de respect

Au judo, tout est une question de respect
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par euronews
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que les compétitions internationales sont suspendues pour cause de coronavirus, de grands champions de judo Abe Uta, Timna Nelson-Levy et ​Ilias Iliadis soulignent l'importance de l'une des valeurs de leur sport : le respect.

PUBLICITÉ

Alors que les compétitions internationales sont suspendues pour cause de pandémie de coronavirus, la Fédération internationale de judo communique sur les valeurs transmises par son sport et en particulier, sur le respect qui peut être appliqué par tout un chacun dans sa vie personnelle. De grands champions témoignent de leur amour du judo tout en transmettant ce même message.

Abe Uta : "Ses principes m'ont rendue plus bienveillante à l'égard des autres"

Médaillée d'or aux championnats du monde des moins de 52 kg en 2018 et 2019, la Japonaise Abe Uta confie : "Le judo, c'est ma vie, j'avais cinq ans quand j'ai commencé et c'est grâce aux enseignements de Jigorō Kanō que j'ai pris confiance," explique-t-elle.

"Ses principes m'ont rendue plus bienveillante à l'égard des autres," affirme la jeune femme de 19 ans.

"Pour faire du judo, je crois qu'il faut avoir du respect parce qu'on ne peut pas pratiquer sans partenaire," fait-elle remarquer.

Timna Nelson-Levy : "Le salut est un signe de respect d'une très grande importante"

D'origine israélienne, Timna Nelson-Levy a remporté les championnats d'Europe 2016 de Kazan dans les moins de 57 kg avant d’être sacrée championne d'Israël dans la même catégorie en 2017.

"Pour moi, le respect, c'est le plus important," souligne la jeune judokate. "Quand j'étais enfant, avant que je commence le judo, on m'a enseignée le rôle fondamental du respect," poursuit-elle.

"Au judo, on se salue au début et à la fin de chaque entraînement, on se salue aussi avant et après chaque combat et pour moi, ce signe de respect est d'une très grande importance," assure Timna Nelson-Levy.

Ilias Iliadis : "Ce que je suis devenu, je le dois à ce sport"

Judoka grec né en Géorgie, Ilias Iliadis a commencé sa carrière dans la catégorie des moins de 81 kg, catégorie dans laquelle il est devenu champion olympique en 2004 à l'âge de 17 ans. Il a ensuite rejoint les moins de 90 kg et a gagné de nombreux trophées jusqu'à sa retraite internationale en 2016. Il a notamment remporté trois fois les championnats du monde de judo en 2010, 2011 et 2014.

"Le judo m'a appris tellement de choses dans la vie : à me comporter correctement en tant qu'être humain, à respecter les autres et à apprécier tout un chacun," insiste le judoka.

"De manière générale, ce que je suis devenu, je le dois à ce sport : c'est pour cela que je m'exprime aujourd'hui et que je défends le judo," déclare-t-il.

Partager cet article

À découvrir également

Être modeste, c'est essentiel dans le judo et la vie selon de grands champions comme Teddy Riner

Football : six cas positifs en Premier League, trois semaines avant la possible reprise