EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Donald Trump annonce prendre de l'hydroxychloroquine

Donald Trump à la Maison Blanche, le 18 mai (Photo by Brendan Smialowski / AFP)
Donald Trump à la Maison Blanche, le 18 mai (Photo by Brendan Smialowski / AFP) Tous droits réservés BRENDAN SMIALOWSKI/AFP or licensors
Tous droits réservés BRENDAN SMIALOWSKI/AFP or licensors
Par Christophe Garach
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Coronavirus : Donald Trump annonce prendre de l'hydroxychloroquine

PUBLICITÉ

Le président américain suit une cure médicamenteuse contre le paludisme à base de chloroquine... au cas où il contracterait le Covid-19.

C'est Donald Trump lui-même qui a révélé lundi cette information lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche.

Le président des Etats-Unis a reconnu prendre de l'hydroxychloroquine, et un supplément de zinc tous les jours "depuis environ une semaine et demie maintenant".

Bien que ce traitement n'ait pas fait ses preuves dans la lutte contre le Covid-19, Donald Trump a demandé au médecin de la Maison Blanche de lui prescrire un traitement malgré les mises en gardes sur effets secondaires décrits par les revues scientifiques.

"J'ai commencé à le prendre, parce que je pense que c'est bon", a déclaré M. Trump. "J'ai entendu beaucoup de bonnes histoires".

Le président américain a passé des semaines à promouvoir ce médicament comme un traitement potentiel contre l'avis de nombreux professionnels de la santé de sa propre administration.

Fin avril, Donald Trump avait semé la consternation en préconisant publiquement de s'injecter de l'eau de Javel pour guérir du Covid-19. La scène avait horrifié de nombreux professionnels de santé et avait créé une vive polémique dans le monde entier.

Donald Trump n'a pas précisé à ce stade s'il avait également testé la javel.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Procès de Donald Trump : Robert de Niro fait parler de lui à l'occasion de la fin des plaidoiries

Le président américain a qualifié le Japon et l'Inde de nations "xénophobes"

La police déloge des étudiants propalestiniens de l'université de Columbia