EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Au Brésil, plus de 25 000 morts et une gestion confuse

Au Brésil, plus de 25 000 morts et une gestion confuse
Tous droits réservés Eraldo Peres/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Eraldo Peres/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À Sao Paulo, principal foyer de l'épidémie, le confinement décrété par le gouverneur sera assoupli lundi. Dans les favelas, les gangs comblent le vide laissé par l'État.

PUBLICITÉ

Des files d'attentes pour aller faire du shopping en centre commercial… La scène se passe au Brésil, le pays où le nombre de décès quotidiens dus au coronavirus est le plus élevé, avec les États-Unis : plus de 1000 depuis plusieurs jours. En trois mois, ce sont plus de 25 000 morts qui ont été recensés.

Vers un assouplissement du confinement à Sao Paulo, principal foyer de l'épidémie

Dans l'État de Sao Paulo, principal foyer de l'épidémie, le gouverneur a tant bien que mal imposé le confinement, mais à partir de lundi, il sera assoupli.

« Nous allons surveiller l'évolution du processus jour après jour, dans le respect de la science et de la médecine, explique le gouverneur João Doria. Nous serons plus flexibles, graduellement et partiellement selon les endroits, mais si nous devons refaire un pas en arrière, si nous devons réinstaurer des mesures, nous n'hésiterons pas à le faire. »

L'influence grandissante des gangs dans les favelas

Dans un pays où le président lui-même n'a de cesse de minimiser la maladie et d'appeler à la reprise de toutes les activités, les favelas sont un terreau fertile pour le virus, mais pas seulement. Profitant du vide, les gangs étendent leur influence, comme à Tiradentes, dans la banlieue de Sao Paulo.

1.21Vanderlei Rodrigues, leader of the Cidade Tiradentes cartel gang:

« Actuellement, le Covid-19 passe au second plan pour ces familles, dit le chef du « cartel », Vanderlei Rodrigues. Elles n'y croirons que quand un membre de la famille mourra de la maladie. C'est difficile pour elles de comprendre et on entend beaucoup de choses mais nous, nous essayons de leur donner des informations, de combattre les fake news et de déplacer le discours du terrain politique vers le terrain de la rationalité, qui parle aux locaux. »

Dans les favelas plus que n'importe où ailleurs, le virus menace de se propager comme un feu de paille, or dans certaines zones comme à Sao Paulo, les services de soins intensifs sont déjà proches de la saturation.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mobilisation au Brésil contre un projet de loi qui durcit les règles de l'avortement

No Comment : au moins 100 morts et 128 disparus dans les inondations au Brésil

Inondations au Brésil : au moins 66 morts et 101 disparus