EventsÉvènementsPodcast
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Crash du vol MH17 : l'un des accusés, Igor Girkin, clame son innocence

Crash du vol MH17 : l'un des accusés, Igor Girkin, clame son innocence
Tous droits réservés Pavel Golovkin/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Pavel Golovkin/Copyright 2018 The Associated Press. All rights reserved
Par Galina PolonskayaEuronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Après avoir été interrompu à la mi-mars, le procès reprend ce lundi à La Haye, aux Pays-Bas. Quatre séparatistes pro-russe sont poursuivis, ils risquent la prison à perpétuité. Euronews a pu s'entretenir avec l'un d'entre eux, Igor Girkin.

PUBLICITÉ

Six ans après le crash du MH17 de la Malaysia Airlines en Ukraine, les proches des 298 victimes sont toujours en attente de vérité.

Après avoir été interrompu à la mi-mars, le procès reprend ce lundi à La Haye, aux Pays-Bas. Selon la justice néerlandaise, l'avion a été touché par un BUK, un missile antiaérien de fabrication russe, alors qu'il survolait le Donbass - une zone de conflit dans l'est de l'Ukraine.

Absents du procès, quatre hauts gradés des séparatistes pro-russes sont poursuivis. Dans un entretien exclusif à Euronews l'un d'entre eux, Igor Girkin, clame son innocence :

"On ne peut pas parler de responsabilité judiciaire ou pénale, car la milice n'a pas abattu le Boeing, je n'ai pas d'autres commentaires à faire sur ce sujet", annonce Igor Girkin, depuis Moscou. "L'enquête n'a pas mis en évidence de conversations téléphoniques qui me concernent personnellement ou qui concernent mes subordonnés, à propos du Boeing.Les boîtes noires m'ont été apportées par mes miliciens, qui gardaient les lieux du crash du Boeing. Mais dans les deux conversations téléphoniques où l'on m'entend parler directement, il n'y a rien sur le Boeing ni sur cette affaire."

Igor Guirkine, surnommé "Strelkov" ("Tireur"), était l'un des principaux commandants des séparatistes du début du conflit contre l'armée ukrainienne.

Poursuivis pour meurtre et pour avoir délibérément causé le crash de l'avion, les quatre hommes sont accusés par le parquet néerlandais d'avoir convoyé le système de missiles anti-aériens, avant que celui-ci ne soit tiré par d'autres personnes encore non identifiées.

D'après l'enquête, le missile BUK a été tiré depuis le territoire contrôlé par les rebelles en Ukraine, avant d'être immédiatement ramené sur le territoire russe après l'abattage de l'avion.

La Russie cependant a toujours nié avec véhémence toute implication dans le crash, affirmant qu'il a été causé par les forces militaires ukrainiennes. Mais pour Igor Girkin en tout cas, Vladimir Poutine a bien une part de responsabilité : "Je crois que Poutine, dans cette situation, a agi de manière irresponsable, d'abord par ses propres mots puis par ses actions, en encourageant les gens du Donbass, et ensuite en leur refusant une aide réelle."

Les quatre accusés encourent la perpétuité. Toutefois, la Russie et l'Ukraine n'extradant pas leurs ressortissants poursuivis à l'étranger, les quatre séparatistes pro-russes sont jugés par contumace.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Zelensky à Bruxelles pour des accords de sécurité avec des alliés occidentaux

Un nouveau cas de turbulence, 12 blessés sur un vol entre Qatar et Dublin

MAJ : frappe russe sur un supermarché Kharkiv, au moins 14 morts