DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ligue 1 : Amiens et Toulouse en sursis, l'OL débouté

euronews_icons_loading
Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais, arrive au Conseil d'Etat le 4 juin 2020.
Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais, arrive au Conseil d'Etat le 4 juin 2020.   -   Tous droits réservés  Michel Euler/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Cela pouvait être un tournant pour la suite de la Ligue 1. Ce mardi, le Conseil d'Etat a rendu sa décision sur trois dossiers concernant la saison 2019/2020 de Ligue 1 .

Reprise de la saison

La première concernait l'arrêt ou non de la saison. Sur ce point, le juge des référés a été clair :

Compte tenu de ces déclarations et afin de préserver la santé de tous les acteurs des rencontres de football et de permettre aux clubs de disposer de la visibilité nécessaire pour gérer l’intersaison et organiser la saison 2020-2021, le conseil d’administration de la Ligue a considéré qu’il convenait de prendre dès ce moment la décision d’arrêter de façon définitive les championnats de Ligue 1 et de Ligue 2.

C'est un camouflet pour l'Olympique Lyonnais et son président, Jean-Michel Aulas, qui réclamaient la reprise de la saison ou, à défaut, une "saison blanche" reconduisant les qualifications européennes de l'année précédente. Cela aurait permis à l'OL de participer à la Ligue des Champions grâce à leur troisième place obtenue en 2019. Mais si ce n'est une victoire contre le Paris Saint-Germain en finale de Coupe de la Ligue, les septuples champions de France ne verront pas la couleur de l'Europe la saison prochaine.

Le Conseil d'Etat a également condamné le club lyonnais à verser 3 000 euros à la LFP (Ligue de Football Professionnel) au titre des frais de procédure.

Classement

La deuxième décision concerne le classement de fin de saison. Le championnat s'est arrêté après la 28e journée (sur 38) ; la Ligue avait jusqu'alors appliqué un système de quotient. Le juge des référés du Conseil d'Etat l'a validé.

Le juge valide les modalités définies par la Ligue, notamment pour le classement du championnat de Ligue 1, compte tenu notamment de ce que tous les matchs de la 28ème journée n’ont pu être joués.

Relégations

Mais la plus grosse annonce est la troisième. Respectivement 19e et 20e et par conséquent relégués à l'échelon inférieur, l'Amiens SC et le Toulouse FC avaient déposé un recours pour pouvoir continuer à évoluer en Ligue 1 la saison prochaine. Le juge des référés a décidé de suspendre ces descentes.

Le juge des référés estime que le conseil d’administration de la Ligue ne pouvait pas légalement se fonder, pour décider de reléguer les deux derniers du classement de la Ligue 1, sur le fait que l’actuelle convention conclue avec la Fédération française de football (FFF) prévoit une limite de vingt clubs, alors que cette convention prend fin le 30 juin prochain et qu’une nouvelle convention devra être signée.

Mais cette décision ne signifie pas que les deux clubs évolueront dans l'élite la saison prochaine, et ce, malgré les réactions des deux clubs sur Twitter.

Car en réalité, c'est à la LFP que la décision finale reviendra. Et si, la tendance est, aujourd'hui, favorable, rien n'est encore écrit dans le marbre.

La prochaine saison de Ligue 1 pourrait donc se jouer à 22 clubs, une première dans l'histoire, si la LFP venait à confirmer la décision du Conseil d'Etat.