EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Après la mort de George Floyd, les manifestations ciblent le passé colonialiste de l'Europe

Après la mort de George Floyd, les manifestations ciblent le passé colonialiste de l'Europe
Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Laurence Alexandrowicz
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des statues d'esclavagistes déboulonnées ou taguées en Grande-Bretagne ou en Belgique : les manifestations après la mort de George Floyd dépassent la condamnation du racisme et confrontent l'Europe à son passé colonialiste.

PUBLICITÉ

A Londres, les autorités ont retiré à la hâte une statue du marchand d'esclaves Robert Milligan, pour éviter qu'elle ne finisse comme celle d'Edward Colston, autre esclavagiste, jetée dans le port à Bristol par des manifestants. Le mouvement de protestation après la mort de George Floyd dépasse la simple condamnation du racisme. Il confronte désormais l'Europe à son passé colonialiste.

"C'est probablement la première fois dans l'histoire de l'esclavage que la communauté blanche, le système blanc, est extrêmement coopératif. Je pense donc que la prochaine chose que nous devrions faire disparaître, c'est le racisme" considère Geoff Palmer, historien à l'université d'Edimbourg.

Devant l'université d'Oxford, se déroule une nouvelle manifestation contre la colonisation, et à la mémoire de George Floyd, cet afro-Américain étouffé lors de son interpellation.

"Détruire le passé n'est jamais une bonne chose. C'est assez particulier d'exiger la destruction ou l'enlèvement des statues de personnes qui sont mortes il y a plusieurs siècles. Cela me semble être une étrange diversion par rapport à des choses plus urgentes". estime Peter Hitchens, journaliste et auteur.

Même une statue de Churchill a été taguée, provoquant la colère de militants d'extrême-droite qui prévoient de manifester devant elle samedi à Londres.

"Attention à ne pas choisir un seul individu, parce que tout l'Empire, toute la Grande-Bretagne, les universités, les villes, l'industrie, ont été construits avec des matériaux, des ressources et des richesses provenant d'autres parties du monde." prévient Peter Frankopan, historien à l'Université d'Oxford.

Le mouvement s'est propagé en Belgique, où plusieurs statues du roi Léopold II ont été taguées. C'est lui qui a brutalement colonisé le Congo à la fin du XIXe siècle. Ces exactions, à l'époque, avaient soulevé la désapprobation internationale.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La famille de George Floyd obtient 27 millions de dollars de dédommagement

A Paris, cet artiste parisien crée des chapeaux spéciaux "Covid-19"

Stonehenge indemne après l'action d'un groupe de défenseurs de l'environnement