DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

[DATA] Les Européens et leurs millions de voitures

Access to the comments Discussion
Par Vincent Coste
Les rues de la capitale française, au lendemain du déconfinement, le 12 mai 2020.
Les rues de la capitale française, au lendemain du déconfinement, le 12 mai 2020.   -   Tous droits réservés  LUDOVIC MARIN/AFP
Taille du texte Aa Aa

Avec la fin du confinement, la quiétude des villes européennes a pris fin. Sur les routes du Vieux continent, le balai des automobiles a repris. Mais combien y a-t-il exactement de voitures en circulation dans l'Union européenne ?

L'agence européenne de statistiques, Eurostat, a récemment publié de nouvelles données sur le sujet. Il en ressort qu'il y a exactement 529 voitures pour 1 000 habitants dans toute l'UE, ce qui représente un total de plus 236 millions de véhicules individuels pour 446 millions de ressortissants de l'UE.

Si l'Europe a été le berceau de ces engins à quatre roues, L'UE reste l'un des plus grands pôles de "la civilisation de l'automobile". Mais sur ce point, les Etats-Unis et le Japon, deux pays où la voiture occupe une place de choix dans l'économie tout comme dans les mentalités, affichent un taux supérieur avec 833 et 656 voitures pour 1 000 habitants. Quant au Royaume-Uni, où pratiquement tous les constructeurs nationaux sont passés sous contrôle étranger, cet indice s'établit à 479.

En Chine, il y a, selon les dernières statistiques officielles disponibles, "que" 176 voitures particulières pour 1 000. La marche de progression semble encore donc très importante dans "l'empire du milieu", bien que les mégalopoles du pays comptent déjà parmi les plus embouteillées du monde. Plus de 3 millions de véhicules seraient déjà en circulation dans onze villes chinoises, dont la capitale Pékin.

Le Luxembourg, pays le plus "automobilisé" de l'UE

En regardant dans le détail, plusieurs "petits" pays de l'UE affichent des taux de motorisation élevé, comme le Luxembourg qui occupe la première place du classement avec 676 voitures particulières pour 1 000 habitants. Toutefois, Eurostat indique que ce chiffre peut être impacté par les nombreux travailleurs transfrontaliers (n'étant donc pas citoyen luxembourgeois) qui utilisent des voitures de société immatriculées au Luxembourg. L'Italie occupe la deuxième position avec 646, suivie de Chypre et de la Finlande avec 629 voitures chacune.

Parmi les 27, ce taux de taux de motorisation est de 567 en Allemagne, 511 en Belgique et de 478 en France. Hors UE, La Suisse affiche 539 voitures pour 1 000 habitants et la Norvège 516.

En queue de peloton dans l'UE, se trouve la Roumanie avec 332. Toutefois, ce pays est en train de rattraper son retard, puisque la croissance du nombre de voitures immatriculées est l'une des plus importantes au sein des membres de l'UE avec plus 31% sur la période 2014-2018.

Le plus petit taux de motorisation observé en Europe l'est dans un des pays les plus "récents" du continent. La plus petite valeur, 94, est en effet enregistrée au Kosovo, pays non membre de l'UE et dont l’indépendance n'est pas reconnue par certains pays européens, à l'image de l'Espagne.

En nombre "brut" de voitures, le parc automobile était le plus important de l'UE en 2018 en Allemagne avec 47 095 784 voitures particulières en circulation. De l'autre côté du spectre, Malte Comptait 300 140 automobiles cette même année.

La Pologne, pays où les voitures sont les plus âgées

Eurostat s'est aussi intéressé à l'âge des véhicules en circulation en Europe. De fortes disparités se font ainsi jour. Ainsi, selon des données de 2018, la part des voitures âgées de 20 ans et plus est spécialement importante en Pologne, avec 36,5% du parc automobile, en Estonie (29,6%), en Finlande (25,5) et en Roumanie (21,4%). A l'inverse, les véhicules récents, soit moins de deux ans, sont surreprésentés en Irlande, avec 29,2%, au Luxembourg (23,8%), au Danemark (23,3%) et en Belgique (23,1%).

Mais le renouvellement du parc de voitures particulières progresse pratiquement dans tous les pays membres de l'UE, puisque de nombreux Etats ont mis en place des dispositifs (prime à la casse, l'incitation à l'achat de véhicules moins polluants) pour stimuler l'économie.

Au niveau de l'Union européenne dans son ensemble, la grande majorité des automobiles (42,7%) est âgée de 10 ans à 20 ans.

La Norvège, eldorado des voitures électriques

Enfin, l'étude de l'institut européen de statistiques s'est aussi arrêtée sur la composition du parc automobile européen en fonction du mode propulsion.

Dans les faits, en 2018, dans 13 des 23 États membres pour lesquels des informations étaient disponibles, la majorité des voitures particulières étaient propulsées par un moteur à essence. Les voitures diesel étaient plus nombreuses que les véhicules essence en Lituanie, en France, en Lettonie, au Luxembourg, en Espagne, au Portugal, en Autriche, en Irlande, en Belgique et en Croatie.

Malgré les efforts déployés par les pays européens pour promouvoir les véhicules à faibles émissions de CO2, la part des voitures particulières propulsées par des carburants alternatifs est restée faible dans la plupart des États membres de l'UE en 2018, représentant souvent moins de 1% du parc total. Exception notoire, la Pologne qui affiche 16%, en raison de l'importance du nombre de voitures fonctionnant au GPL, le gaz de pétrole liquéfié, classé dans les carburants alternatifs. Ce constat est encore plus frappant, hors UE, en Turquie où les carburants alternatifs représentaient pratiquement 40%. Là aussi, comme en Pologne, ce constat est dû à la forte présence de véhicules GPL.

Cette même année 2018, un pays non-membre de l'UE s'est distingué par la part de voitures neuves zéro émission immatriculées en 2018. En effet, en Norvège, les véhicules électriques ont représenté plus de 31% des nouveaux véhicules mis en circulation. Ce mouvement s'est même consolidé en 2019, ce pourcentage a progressé pour s'établir à 42,4% des nouvelles immatriculations. Dans ce pays scandinave, pratiquement toute l'électricité est d'origine hydraulique. Ainsi, la Norvège s'est fixée comme objectif que toutes voitures neuves soient zéro émission à partir de 2025.

Sources additionnelles • Eurostat