EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Icône soviétique, la Lada 'Jigouli' a 50 ans

Lada modèle Jigouli, chez un collectionneur hongrois. Capture d'écran d'une vidéo euronews
Lada modèle Jigouli, chez un collectionneur hongrois. Capture d'écran d'une vidéo euronews Tous droits réservés screengrab from Euronews video
Tous droits réservés screengrab from Euronews video
Par Olivier Peguy avec Ádám Magyar
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Lada 2101, également connu sous le nom de "Jigouli", fête cette année ses 50 ans. Nous sommes allés rencontrer des collectionneurs en Hongrie.

PUBLICITÉ

La Lada 2101, également connu sous le nom de "Jigouli", fête cette année ses 50 ans. Nous sommes allés rencontrer des collectionneurs en Hongrie.

Plus qu'une voiture, une icône : la Lada 2101 ! Ce modèle également connu sous le nom de "Jigouli" fête cette année ses 50 ans.

A sa sortie en 1970, c'était la fierté de l'Union soviétique : produire un véhicule simple, solide et confortable. Les ingénieurs italiens de Fiat avaient été sollicités pour concevoir cette voiture.

Près de 17 millions d'exemplaires ont été construits jusqu'en 1988, date de la fin de la production.

Aujourd'hui, les collectionneurs se l'arrachent. Ainsi Gábor Tompa, collectionneur hongrois.

Le sentiment qu'on a, avec un véhicule comme celui-là, c'est d'être vraiment le conducteur. Il n'y a pas tous ces équipements électroniques d'aide au pilotage. Conduire une telle voiture, c''est vraiment spécial, c'est bien mieux qu'être dans une voiture moderne.
Gábor Tompa
Collectionneur hongrois

La marque Lada fait désormais partie du groupe Renault-Nissan.

L'usine historique de Togliatti, sur les bords de la Volga, produit des modèles Lada destinés essentiellement au marché russe, mais pas au marché européen, trop strict en terne de normes environnementales.

"Pour les jeunes d'aujourd'hui, Lada n'est pas synonyme de 'luxe', commente Ádám magyar, correspondant d'euronews en Hongrie. Il ajoute que "dans les années 70, au contraire, la Jigouli, avec son intérieur soigné, son accoudoir à l'arrière, c'était une 'voiture classe' !"

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"J'avais peur à chaque seconde", une Ukrainienne se souvient de sa vie sous l'occupation russe

Vladimir Poutine et Kim Jong Un promettent de s'entraider mutuellement

No Comment : un soldat américain condamné à de la prison en Russie