DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Que faut-il faire des statues de personnages historiques qui sont contestées et vandalisées ?

euronews_icons_loading
Que faut-il faire des statues de personnages historiques qui sont contestées et vandalisées ?
Tous droits réservés  Gregor Fischer/AP
Taille du texte Aa Aa

La démarche de ce petit parti d'extrême gauche détonne à l'heure où partout dans le monde tombent les statues de figures historiques au passé colonialiste, dans le sillage du décès de George Floyd et des manifestations antiracistes. Le parti marxiste-léniniste d'Allemagne (MLPD) a dévoilé ce samedi une statue de Lénine à Gelsenkirchen (ouest de l'Allemagne). Une initiative pour le moins controversée.

Le mouvement mondial "Black Lives Matter", qui s'est répandu après la mort de l'afro-américain George Floyd, tué par un policier fin mai, a trouvé aussi un certain écho en Allemagne, avec plusieurs manifestations, notamment à Berlin.

Des inconnus ont aussi aspergé une statue d'Otto von Bismark de peinture rouge à Hambourg. Le "chancelier de fer", père de l'unification allemande en 1871, est aussi connu pour avoir accueilli en 1884 la Conférence de Berlin où fut organisé le partage de l'Afrique entre puissances européennes.

Aucun déboulonnage de statues n'a toutefois eu lieu dans le pays, comme en Grande-Bretagne, aux Etats-Unis ou en Belgique. Les tentatives de rebaptiser des rues portant les noms de Adolf Lüderitz, un commerçant qui a joué un grand rôle dans la colonisation de la Namibie, ou Carl Peters, un colon actif dans l'est de l'Afrique, ont elles échoué face à la résistance des riverains.

Dans un pays confronté depuis des décennies à son passé nazi, "nous n'avons pas fait beaucoup de progrès avec le colonialisme, auquel ont fait face depuis longtemps la France, les Etats-Unis ou la Grande-Bretagne ", affirme Urte Evert, directrice du musée de la Citadelle à Spandau, un quartier ouest de Berlin où sont exposées de vieilles statues qui, elles, n'ont plus droit à la voie publique.

Car c'est la question que beaucoup se posent : que faut-il faire des statues déboulonnées ou décapitées ? Certaines, ou en tout cas ce qu'il en reste, sont déjà exposées dans ce musée de Berlin. C'est le cas de la tête de Lénine. Le père de la révolution russe avait vu sa statue décapitée deux ans après la chute du mur de Berlin. La tête avait été enterrée puis retrouvée plus de 20 ans plus tard.

"Ma prédécesseur, Andrea Theissen, responsable de la splendeur du musée, s'est assuré qu'au moins la tête (de Lénine) soit déterrée pour en faire un sujet de discussion. Le musée est alors considéré comme un espace sûr où l'on peut voir ces monuments toxiques, et où l'on peut en parler ensemble", explique Urte Evert, l'actuelle directrice du musée.