EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La fin du confinement pour la dame de fer, la Tour Eiffel est ouverte !

RTP, télévision publique portugaise
RTP, télévision publique portugaise Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Thibault Camus/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Sandrine DelormeRosário Salgueiro avec RTP, AFP
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Et tout a été orchestré pour que nos visites se déroulent sans accroc, mais munis de masques pour les plus de 11 ans et de baskets au moins jusqu'au 1er juillet !

PUBLICITÉ

Une cinquantaine de visiteurs étaient présents ce matin pour la réouverture de la Tour Eiffel à Paris, après plus de trois mois de sommeil forcé en raison de la pandémie de coronavirus.

Petit tour aux côtés d'une équipe de la télévision publique portugaise qui a rencontré Patrick Branco Ruivo, directeur général de la Tour Eiffel qui s'exprime donc en portugais :

"Nous avons fermé la Tour Eiffel en trois heures et nous avons travailler pendant trois mois à sa réouverture. C'est un grand défi en terme de sécurité, en terme de procédures, en terme d'organisation. Le Covid-19 a tout changé."

Pour l'heure, les visiteurs ne peuvent accéder qu'aux deux premiers étages sur trois de la Tour Eiffel, uniquement par les 700 marches des escaliers. Les plus de 11 ans doivent porter des masques. Les ascenseurs ne seront remis en service que le 1er juillet et le sommet qui culmine à 324 mètres, rouvert le 15 juillet si tout va bien.

Mais pas de quoi décourager les 700 visiteurs qui ont déjà pris leurs billets en ligne pour la réouverture de la célèbre dame de fer française.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : Jeux olympiques, les athlètes arrivent en France

Promesse tenue : la maire de Paris s'est baignée dans la Seine ce mercredi matin

Le secteur hôtelier parisien fait grise mine à l'approche des Jeux Olympiques