DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ocean Viking : une solution en vue pour les 180 migrants à bord ?

euronews_icons_loading
Ocean Viking : une solution en vue pour les 180 migrants à bord ?
Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

Solution en vue pour les 180 migrants à bord de l'Ocean Viking. Selon l'ONG SOS Méditerranée, le navire a reçu le feu vert des autorités italiennes pour débarquer en Sicile.

Il était temps car à bord, la situation s'était fortement détériorée. Si une majorité de migrants restait calme, une minorité se trouverait en "détresse psychologique", selon l'ONG.

Sur le pont du bateau, les journées se partagent depuis 48 heures entre moments de calme, lorsque la plupart des personnes rescapées restent pour beaucoup dans les conteneurs qui leur servent d'abri contre une chaleur accablante, en pleine mer, et des coups de sang d'une partie d'entre eux.

Depuis jeudi, plusieurs bagarres ont éclaté, principalement entre groupes ethniques, et plusieurs tentatives de suicide ont été recensées. La tension était telle que le navire humanitaire s'était déclaré vendredi en "état d'urgence", une première en 4 ans et demi d'opérations de secours en mer, depuis l'Aquarius.

A certains moments, toute l'équipe est même mobilisée pour calmer les esprits. Mais depuis vendredi, c'est aussi l'équipage qui est visé par ces menaces - parfois de mort -, émanant d'un même groupe.

"Je ne me sens pas en sécurité"

Bloqués depuis plus d'une semaine en mer, SOS Méditerranée explique que certains migrants ont développé une forme de paranoïa, en pensant que l'ONG serait de mèche avec les autorités italiennes et gagnerait chaque jour un peu plus d'argent si elle les gardait à bord.

"Je ne me sens pas en sécurité, il faut qu'on trouve un port maintenant, c'est une question de sûreté", explique Ludovic, un des marins-sauveteurs déjà présent du temps de l'Aquarius, résumant le sentiment général de l'équipe.

Cela fait une semaine que le navire a effectué sa première demande d'attribution d'un port pour débarquer ces personnes, mais après sept requêtes en autant de jours auprès des autorités italiennes et maltaises - l'un des sauvetages a été effectué à cheval sur les eaux dépendant de ces deux pays, tandis que les trois autres l'ont été dans celles de Malte -, l'Ocean Viking a reçu une réponse négative des deux pays.

Dans l'immédiat, concernant la demande d'évacuation médicale, l'Italie a proposé... le numéro de téléphone d'une psychologue, a déploré SOS Méditerranée, pour qui la situation actuelle est la "conséquence directe d'un blocage long et inutile en mer".

"Je suis choqué par la réponse des Italiens. Cela fait presque cinq ans que l'on fait ça (les sauvetages) et on n'a jamais rien vu de tel, en terme de violence. On parle d'une situation très inquiétante, il pourrait y avoir des morts. On a besoin d'aide", réclame Nicholas Romaniuk, le responsable des opérations de secours à bord.