Retour du confinement à Melbourne

Retour du confinement à Melbourne
Tous droits réservés أ ف ب
Par Anne Devineaux avec afp
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Face à une recrudescence des cas de covid-19, la deuxième ville d'Australie a débuté un second confinement ce jeudi pour une durée de six semaines.

Depuis ce jeudi, les 5 millions d'habitants de la deuxième ville d'Australie ont de nouveau ordre de rester confiné pendant six semaines.

PUBLICITÉ

Les autorités de l’État de Victoria, dont Melbourne est la capitale, ont pris cette décision alors que les cas de covid-19 enregistrent une hausse inquiétante, avec plus d'une centaine de nouvelles infections par jour.

Les habitants devront rester chez eux sauf pour raisons professionnelles, pour faire de l'exercice physique, se rendre à des rendez-vous médicaux ou acheter des produits de première nécessité. De telles mesures n'avaient été que récemment levées.

Une centaine de nouvelles infections quotidiennes

Restaurants et cafés ne pourront plus servir que des plats à emporter, tandis que les salles de gym et les cinémas devront à nouveau fermer.

"Je pense que c'est une très bonne chose que cette décision ait été prise", dit cet habitant, "chacun doit savoir quoi faire dans ces moments critiques. Et nous allons continuer à vivre mais en faisant ce qu'il faut".

"Une mesure nécessaire"

"Le confinement était nécessaire", confirme cette femme, "sinon les cas n'auraient pas diminué. Espérons que nous en sortirons vainqueurs".

L'impact économique et psychologique pour la population de ce deuxième confinement risque d'être lourd. L'Australie n'est cependant pas parmi les pays les plus touchés par la pandémie avec un bilan de 9 000 cas et une centaine de morts.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Covid-19 : dépistage massif à venir en Mayenne où 6 clusters sont déjà apparus

Au carnaval de Rio, l'hommage à la culture yanomamie

La ville de Port-Soudan confrontée à une épidémie de choléra