DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Covid-19 : dépistage massif à venir en Mayenne où 6 clusters sont déjà apparus

euronews_icons_loading
Test pour le Covid-19 à l'hôpital de Laval, en France
Test pour le Covid-19 à l'hôpital de Laval, en France   -   Tous droits réservés  AFP
Taille du texte Aa Aa

En France, un plan de dépistage massif du Covid-19 sera lancé dès la semaine prochaine autour de Laval, entre Rennes et Le Mans. L'agence régionale de santé a constaté une augmentation de la circulation du virus importante avec l'apparition de six clusters d'où la décision de proposer des tests virologiques et sérologiques à la population de la Mayenne. Ce plan de dépistage devrait concerner 300 000 personnes sur la base du volontariat. A l'hôpital de Laval, les volontaires affluent déjà, comme Murielle Rivoal, employée d'un abattoir :

"Le premier test était négatif, et là je viens repasser un deuxième test. Parce que j’étais en contact en fait avec une personne positive."

Ces dernières semaines, quatre Clusters ont été repérés à Laval (un abattoir, un Ehpad, une école et un centre d'hébergement et de réinsertion sociale), un à Craon (un abattoir) et un à Château-Gontier (un foyer de jeunes travailleurs et un établissement de service d'aide par le travail).

Et le relâchement du respect des mesures sanitaires serait visible, notamment le port du masque.

"Les gens, ils s’en fichent du corona, ils disent : c’est bon le corona, il est parti, on peut sortir comme on veut", constate Leïla, 9 ans, venue se faire tester parce qu'il y a eu deux cas dans son école.

Nadine Deshayes, retraitée, ajoute à propos du masque : "dans la rue beaucoup de personnes l’enlève, au supermarché beaucoup de personne l’enlève. Par contre, dans les petits commerces, c’est obligatoire, donc du coup c’est très bien, mais personnellement moi maintenant je le mets partout, j’ai trop peur."

Entre le 25 et le 30 juin en Mayenne, le nombre de nouveaux cas positifs au Covid-19 est passé de 54 à 109 puis de 109 à 219 entre le 30 juin et le 6 juillet. C'est ce doublement à deux reprises et en deux semaines du nombre de cas découverts qui inquiète les autorités des pays de la Loire.