DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Climat, recherche, santé... Des ambitions revues à la baisse après l'accord européen

euronews_icons_loading
Climat, recherche, santé... Des ambitions revues à la baisse après l'accord européen
Tous droits réservés  Stephanie Lecocq/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Climat, recherche et innovation, développement rural, santé... Tous ces secteurs vont devoir affronter la crise avec des moyens financiers plus limités qu’initialement prévus dans le cadre budget pluriannuel européen.

Climat

Pour atteindre l'objectif de neutralité carbone à l'horizon 2050, la Commission européenne avait proposé en janvier la création d’un "Fonds pour une transition juste". Objectif : aider les régions européennes les plus impactées par la transition verte en raison de leur dépendance aux combustibles fossiles. Après le sommet européen, les montants seront moins ambitieux. Les 30 milliards d'euros prévus initialement pour ce fonds de transition climatique passent à 10 milliards d'euros.

Recherche et innovation

Autre secteur concerné par cette réduction des aides : la recherche et l'innovation via le programme "Horizon 2020", le plus important jamais réalisé par l'Union européenne. 5 milliards d'euros de subventions seront alloués à ce programme, loin des 13,5 milliards prévus au départ.

Développement rural

Les subventions visant à soutenir le développement rural sont réduites de moitié par rapport au budget initial, passant de 15 milliards à 7,5 milliards d'euros.

L'investissement

Le plan "Invest EU", un vaste programme pour l'emploi, la croissance et l'investissement, subit également un rabotage important avec 5,6 milliards d'euros de subventions, environ six fois moins que prévu.

La santé

Enfin pour le secteur de la santé, la Commission européenne avait tiré les leçons de la crise du Covid-19 en lançant le programme baptisé "EU4Health" destiné à améliorer la résilience des systèmes de santé à travers le continent. Là aussi, les ambitions sont revues à la baisse : 1,7 milliard d'euros contre une enveloppe de 9,4 milliards prévue à l'origine.