DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Des manifestations de soutien en Pologne, après la vague de répression au Bélarus

euronews_icons_loading
Des manifestations de soutien en Pologne, après la vague de répression au Bélarus
Tous droits réservés  Czarek Sokolowski/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Taille du texte Aa Aa

Dans la capitale polonaise Varsovie, les Biélorusses manifestent quotidiennement depuis près d'une semaine. Ils tiennent à afficher leur soutien à leurs compatriotes restés au Bélarus, après la réélection controversée de l'autoritaire Alexandre Loukachenko dimanche dernier. Le résultat du scrutin a donné lieu à de nouvelles manifestations et des arrestations violentes.

Anatol Michnaviec, un opposant biélorusse, est à l'origine de certains rassemblements à Varsovie : "Nous voulons montrer notre solidarité avec les Biélorusses, depuis la Pologne. Nous avons écrit une lettre aux diplomates, leur demandant de prendre le parti de la nation et de la vraie présidente, Svetlana Tikhanovskaïa", explique-t-il au micro d'Euronews.

La principale opposante de Loukachenko a fui en Lituanie après avoir subi des pressions, selon son entourage.

La nouvelle vague de manifestations au Bélarus a donné lieu à une répression particulièrement brutale de la part du régime. Plusieurs manifestants ont fait part des sévices subis lors de leur passage dans les centres de détention du pays. Des témoignages souvent récoltés par la chaîne NEXTA, fondée par Stepan Svetlov. C'est l'un des rares média à avoir réussi à contourner les nombreuses restrictions mises en place par le pouvoir.

"À part nous, il n'y a presque pas d'autres sources d'information, estime Stepan Svetlov. _ Aujourd'hui, j'ai appris qu'ils avaient ouvert une instruction pénale contre nous, et que nous risquons un minimum de 15 ans de prison. 15 ans, uniquement pour avoir fourni des informations. La nation polonaise, le gouvernement polonais nous aide beaucoup, c'est une nation solidaire_."

Aujourd'hui, j'ai appris qu'ils avaient ouvert une instruction pénale contre nous, et que nous risquons un minimum de 15 ans de prison. 15 ans, uniquement pour avoir fourni des informations
Stepan Svetlov
fondateur du média indépendant NEXTA

À Varsovie, beaucoup attendent une action forte de l'Union européenne. Parmi eux, Maksim Cherniavski, un militant biélorusse qui a décidé d’entamer une grève de la faim devant le bâtiment de la Commission européenne : "Je veux que l'Union européenne introduise d'urgence des sanctions contre le régime de Loukachenko. C'est pourquoi j'ai décidé de faire une grève de la faim, ce qui est d'autant plus dangereux pour moi que je souffre de sclérose en plaques. Mais je continuerai jusqu'à ce que je réussisse", explique le jeune homme.

Alors que les protestations doivent se poursuivre ce weekend au Bélarus, la Pologne vient d'adopter une résolution condamnant le régime de Loukachenko. L'Union européenne, pour sa part, a approuvé vendredi la mise en place d'une série de sanctions.