PUBLICITÉ

Svetlana Thikanovskaïa, figure de l'opposition Biélorusse

Svetlana Thikanovskaïa, figure de l'opposition Biélorusse
Tous droits réservés Euronews
Tous droits réservés Euronews
Par Joanne Massard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

A 37 ans cette ancienne traductrice et mère au foyer depuis dix ans, a menacé l'indéboulonnable Loukachenko comme personne ne l’avait jamais fait auparavant.

A 37 ans, Svetlana Tikhanovskaya, ancienne traductrice et mère au foyer depuis dix ans, a menacé l'indéboulonnable Loukachenko comme personne ne l’avait jamais fait auparavant.

PUBLICITÉ

Durant cette campagne électorale elle a mené l’opposition d'une main de fer et incarné ce que le commentateurs ont décrit comme une "révolution de femmes". A ses côtés : Maria Kolesnikova, l’ancienne responsable de la campagne de Viktor Babariko, et l’épouse de Valery Tsepkalo. Tous deux ont été empêchés de concourir à l'élection et lui ont apporté leur soutien.

Pendant cette campagne électorale, Svetlana Tikhanovskaya a accusé le président au pouvoir sans discontinuité depuis 1994, de ne pas avoir pris les mesures nécessaires pour lutter contre l'épidémie de covid-19. Elle a aussi dénoncé le régime autoritaire de Loukachenko et demandé la libération de tous les prisonniers politiques. Et a surtout milité pour des élections libres et transparentes : "Les yeux de notre peuple s'ouvrent enfin. Et ils voient désormais la violence exercée par le pouvoir. Il a fallu plusieurs petites choses, petites étapes, pour que les gens se rendent compte qu'il est temps que les choses changent!"

Mariée à un blogueur et youtubeur, opposant au régime et emprisonné depuis le moi de mai pour "trouble à l'ordre public", elle a choisi d'envoyer ses enfants dans l'union européenne le temps de la campagne, par peur de l'opposition.

Pour elle, le changement est imminent en Biélorussie : "Peut-être que cela n'arrivera pas dans quelques jours ; peut-être que cela arrivera en septembre en octobre ou en novembre, mais notre peuple ne veut plus de ça."

Svetlana Tikhanovskaya aura attiré des milliers de personnes à des rassemblements de masse dans tout le pays. Un pays dans lequel les gens ont traditionnellement peur d’exprimer leur mécontentement à l’égard du gouvernement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une nouvelle centrale nucléaire située au Bélarus inquiète la Lituanie

Biélorussie : l'opposition rassemble ses troupes

Biélorussie : la commission électorale rejette la candidature d'un opposant