DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

"Ne reconnaissez pas cette élection frauduleuse" : l'appel de Svetlana Tikhanovskaïa à l'UE

euronews_icons_loading
"Ne reconnaissez pas cette élection frauduleuse" : l'appel de Svetlana Tikhanovskaïa à l'UE
Tous droits réservés  Sergei Grits/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Taille du texte Aa Aa

Depuis la Lituanie où elle s'est réfugiée depuis 10 jours, la cheffe de file de l'opposition biélorusse, Svetlana Tikhanovskaïa, a lancé un appel aux dirigeants de l'Union européenne, réunis ce mercredi en sommet extraordinaire.

"Chers leaders de l'Europe, je vous demande de soutenir l'éveil du Bélarus. J'appelle tous les pays à respecter les principes du droit international", a déclaré celle qui est devenue l'égérie de l'opposition au Bélarus . "Ne reconnaissez pas les résultats de cette élection frauduleuse."

Svetlana Tikhanovskaïa a également estimé que le président Alexander Loukachenko avait perdu "toute légitimité aux yeux du peuple biélorusse", depuis sa réélection contestée le 9 août et la répression contre les manifestants anti-régime qui a suivi.

Ce message intervient alors qu'est organisé ce mercredi un sommet européen exceptionnel, pour discuter de la situation au Bélarus. L'Allemagne, qui assure la présidence de l'Union européenne, a menacé lundi d'étendre les sanctions déjà décidées contre des responsables.

Pour Igor Leshchanya, ambassadeur biélorusse en Slovaquie et qui a apporté son soutien aux manifestants anti-régime, ce n'est toutefois pas une bonne idée : "Je suis contre les sanctions économiques. Cela n'a pas fonctionné avec Saddam Hussein. Cela n'a pas fonctionné au Bélarus. Les sanctions économiques influencent le peuple. Bien sûr, il devrait y avoir un soutien politique mais ce sont les Biélorusses eux-mêmes qui devraient prendre les décisions et résoudre cette question."

Malgré le vaste mouvement de contestation depuis plus d'une semaine, le président Loukachenko refuse de céder. Il accuse l'opposition de tenter "d'usurper le pouvoir" et a rejeté les demandes de nouvelles élections.