DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ankara découvre le "plus grand" gisement de gaz naturel de son histoire

euronews_icons_loading
Ankara découvre le "plus grand" gisement de gaz naturel de son histoire
Tous droits réservés  Emrah Gurel/AP
Taille du texte Aa Aa

Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé vendredi que la Turquie avait découvert en mer Noire "le plus grand" gisement de gaz naturel "de son histoire", ajoutant que son pays allait intensifier ses recherches en Méditerranée orientale malgré les tensions.

Cette annonce intervient alors que la Turquie multiplie depuis plusieurs années les efforts pour s'imposer comme un acteur énergétique majeur dans la région et réduire sa dépendance aux importations d'hydrocarbures qui plombent sa fragile économie.

Les réserves dévoilées vendredi ne suffiront pas à faire de la Turquie un exportateur majeur, mais elles pourraient encourager Ankara à poursuivre ses recherches maritimes qui ont causé des frictions avec les pays voisins en Méditerranée.

Importance historique

"La Turquie a fait en mer Noire la plus grande découverte de gaz naturel de son histoire", a déclaré R.T. Erdogan lors d'un discours à Istanbul, précisant que ces réserves étaient estimées à 320 milliards de mètres cubes.

Le chef de l'Etat turc a assuré que cette découverte était d'une "importance historique pour l'avenir" de la Turquie, qui dépend quasi exclusivement des importations, notamment russes, pour satisfaire son appétit énergétique croissant.

"Dieu nous a ouvert une porte vers des richesses inédites"
Recep Tayyip Erdogan
Président turc

"Dieu nous a ouvert une porte vers des richesses inédites", s'est-il enthousiasmé. "Notre objectif est de mettre le gaz de la mer Noire au service de notre nation dès 2023", année du centenaire de la République turque, a-t-il poursuivi.

Importance à relativiser

La Turquie consomme chaque année entre 45 et 50 milliards de mètres cubes de gaz naturel, presque entièrement importé. Cela représente environ 11 milliards d'euros, selon l'autorité régulatrice des marchés énergétiques (EPDK).

La découverte annoncée vendredi "n'est pas mal du tout, mais cela ne change pas la donne non plus", a relativisé sur Twitter Ozgur Unluhisarcikli, directeur du bureau à Ankara de l'institut américain German Marshall Fund.

"Bien que relativement modeste par rapport à d'autres gisements de gaz naturel dans le monde, celui-ci va aider la Turquie à réduire sa facture énergétique", a souligné le cabinet Capital Economics dans une note.