DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Ibrahim Boubacar Keïta libéré par la junte

Access to the comments Discussion
Par Euronews avec AFP
euronews_icons_loading
Ibrahim Boubacar Keïta le 30 juin dernier à l'occasion du G5 Sahel en Mauritanie
Ibrahim Boubacar Keïta le 30 juin dernier à l'occasion du G5 Sahel en Mauritanie   -   Tous droits réservés  LUDOVIC MARIN/AFP or licensors
Taille du texte Aa Aa

La junte au pouvoir depuis une semaine au Mali a annoncé avoir libéré l'ancien président Ibrahim Boubacar Keïta qu'elle a renversé après sept années à la tête de ce pays en guerre contre les jihadistes.

La libération annoncée s'apparente à une manifestation de bonne volonté à l'adresse des voisins ouest-africains, dont les dirigeants doivent se réunir en sommet vendredi pour décider, après de premières sanctions, d'augmenter ou non la pression sur la junte.

Les conditions de cette libération restent encore floues. Un membre de sa famille a indiqué sous couvert de l'anonymat qu'IBK était rentré dans la nuit dans sa résidence du quartier de Sebenikoro, sans dire s'il était encore soumis à des restrictions.

"Le président IBK est libre de ses mouvements, il est chez lui", a, au contraire, déclaré à l'AFP le capitaine Djibrila Maïga, un porte-parole de la junte.

M. Keïta, 75 ans, avait été arrêté avec plusieurs autres responsables le 18 août lors du putsch mené par des officiers après des mois de tourmente politique.

Il est devenu aux yeux de nombre d'entre eux le principal responsable de la grave crise sécuritaire, politique et économique dans laquelle s'enfonce leur pays depuis des années, avait annoncé le soir même sa démission sur la télévision nationale, disant de ne pas avoir d'autre choix et vouloir éviter une effusion de sang.

La France, engagée militairement dans la région avec les plus de 5 000 hommes de sa force Barkhane, a appelé jeudi la junte à maintenir son engagement contre les jihadistes, "sauf à voir perdus tous les efforts réalisés depuis le sommet de Pau" en France, en janvier, selon son chef d'état-major, le général François Lecointre.