DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quatrième nuit de manifestations à Kenosha : "La vie de chaque personne noire compte"

euronews_icons_loading
Un manifestant place une bouteille à l'endroit où un homme a été tué par balle mardi soir, lors de manifestations, à Kenosha, États-Unis, le 26 août 2020
Un manifestant place une bouteille à l'endroit où un homme a été tué par balle mardi soir, lors de manifestations, à Kenosha, États-Unis, le 26 août 2020   -   Tous droits réservés  David Goldman/Copyright 2020 Associated Press
Taille du texte Aa Aa

Une autre nuit de protestations dans la ville américaine de Kenosha, dans le Wisconsin, alors que de nouveaux détails ont été publiés sur l'altercation entre la police et Jacob Blake.

Selon un communiqué du ministère de la Justice du Wisconsin, dimanche, la police avait été envoyée sur les lieux du drame après l'appel d'une femme disant que "son petit ami" était chez elle et "n'était pas censé" s'y trouver.

Une fois sur place, les agents de police ont, je cite, "sans succès", "tenté d'arrêter" Jacob Blake à l'aide d'un taser. Blake est retourné calmement à bord de sa voiture selon la vidéo amateure de l'incident.

Un couteau a été retrouvé dans son véhicule comme l'explique le procureur du Wisconsin, Josh Kaul, qui précise que Blake avait admis l'avoir en sa possession au moment de l'incident et qu'une fouille du véhicule n'a pas permis de trouver d'autres armes.

Mais cela n'explique en rien pourquoi un policier a tiré 7 balles à bout portant dans le dos de l'afro-américain de 29 ans devant ses trois enfants.

Depuis, de violents affrontements ont lieu chaque nuit. Un jeune blanc de 17 ans a été arrêté pour homicide volontaire au premier degré après avoir tué deux personnes et en avoir blessé une autre. Il avait été vu aux côtés de miliciens et admire la police.

Le président Donald Trump, qui a régulièrement défendu le droit au port d'armes et à l'autodéfense, un discours cher à sa base électorale, ne s'est pas exprimé sur cet épisode dramatique, mettant l'accent sur les débordements commis par les manifestants.

"Nous ne tolérerons pas les pillages, les incendies criminels, la violence et l'anarchie dans les rues américaines", a tweeté Trump en promettant, selon son slogan de campagne pour la présidentielle du 3 novembre, de "rétablir la LOI et l'ORDRE!" à Kenosha.

Son rival démocrate Joe Biden a adopté la posture de réconciliateur. "Une fois de plus, un homme noir, Jacob Blake, s'est fait tirer dessus par la police. Sous les yeux de ses enfants. Cela me rend malade", a-t-il tweeté.

Washington a envoyé le FBI sur les lieux des manifestations en plus d'environ deux mille soldats de la Garde nationale qui sont chargés de rétablir l'ordre dans la ville de 100 000 habitants.