DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Nouveaux cas, rentrée scolaire, port du masque... : le point sur la recrudescence du Covid-19

Access to the comments Discussion
Par euronews avec AFP, AP
euronews_icons_loading
Nouveaux cas, rentrée scolaire, port du masque... : le point sur la recrudescence du Covid-19
Tous droits réservés  AP Photo
Taille du texte Aa Aa

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 au plus haut depuis mai en France. 21 départements sont placés en vigilance rouge et le port du masque est désormais obligatoire dans tout Paris. Le point sur la situation en France et en Europe.

Comment éviter une deuxième vague tout en évitant un reconfinement généralisé ? C'est l'équation complexe à laquelle sont confrontés de nombreux pays européens comme la France, où le nombre de cas quotidien a atteint un nouveau record jeudi depuis mai (6 111 nouveaux cas), du fait de la multiplication des tests, mais pas seulement.

Car le taux de positivité et le taux de reproduction du virus augmentent eux aussi. 21 départements français sont donc désormais placés en zone rouge, notamment en région parisienne et sur la Côte d'azur.

Port du masque obligatoire dans tout Paris

Résultat : le port du masque est rendu obligatoire dans toutes les rues de Paris, comme à Marseille. Dans la capitale, la mesure concerne tous les piétons, de même que les motards, sous peine d'une amende de 135 euros. A la demande de la mairie, les cyclistes et les adeptes du footing en ont été exemptés in extremis.

Paris est considérée comme une zone à risque par plusieurs pays : la capitale vient d'être ajoutée par la Belgique à sa liste des destinations européennes qui ne sont plus autorisées, et le Danemark a déconseillé les voyages "non nécessaires" en France.

"Nous sommes depuis quelques semaines dans une phase incontestable de recrudescence de l'épidémie", a déclaré Jean Castex, Premier ministre français. "C'est maintenant qu'il faut intervenir, ou du moins continuer à intervenir".

Les Alpes-Maritimes (sud-est) font partie des départements placés en zone rouge. C'est là que doivent avoir lieu les deux premières étapes du Tour de France cycliste qui commence samedi.

Le départ à Nice se tiendra donc en "quasi huis clos", selon une décision des autorités, et le long du parcours dans la ville et dans son arrière-pays montagneux, le port du masque sera obligatoire.

Rentrée des classes maintenue

La rentrée des classes mardi prochain est en revanche maintenue avec port obligatoire du masque pour tous les enseignants et dès le collège pour les élèves.

Idem en Espagne où le masque est imposé dès l'âge de 6 ans, y compris dans les cours de récréation. Ces deux dernières semaines, l'Espagne a enregistré la plus forte proportion de nouveaux cas parmi la population au sein de l'Union européenne.

En plus de l'embauche de 11 000 enseignants supplémentaires, la région de Madrid a opté pour l'école à l'extérieur et va installer dans les cours de récréation des salles de classe temporaires afin de réduire le nombre d'élèves par classe à 20 maximum.

Si l'Italie n'imposera le port du masque aux enfants que lorsqu'une distance d'un mètre ne pourra être respectée, la Grèce, obligera à le porter dès la maternelle.

Berlin durcit le ton

L'Allemagne, qui a enregistré jusqu'à présent moins de cas et de décès comparé à la France et à l'Espagne, connaît elle aussi une recrudescence des infections. De nouvelles mesures sont donc mises en oeuvre, comme une amende de 50 euros en cas de non respect du port du masque dans les magasins ou dans les transports publics.

"Concernant la décision prise en juin dernier et initialement prévue pour durer jusqu'en octobre, qui interdisait les grands rassemblements, étant donné que la distanciation ne pouvait être respectée, nous prolongeons cette interdiction jusqu'en décembre", a annoncé la chancelière allemande Angela Merkel.

L'Organisation mondiale de la santé a de son côté une fois de plus averti que le port du masque ne suffit pas à lui seul à protéger contre la propagation du coronavirus et mis en garde contre un relâchement du respect de la distanciation sociale.

L'OMS a également conseillé aux gouvernements de tester tous les cas contacts, qu'ils soient symptomatiques ou non.