DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Migrants : quel bilan pour l'Allemagne cinq ans après l'ouverture des portes aux réfugiés ?

euronews_icons_loading
Migrants : quel bilan pour l'Allemagne cinq ans après l'ouverture des portes aux réfugiés ?
Tous droits réservés  Jens Meyer/AP
Taille du texte Aa Aa

Il y a cinq ans, à Berlin, le 31 août 2015, lors d'un congrès de la CDU, Angel Merkel prononce un discours qui va définir la dernière partie de son mandat. Alors que la guerre fait rage en Syrie et que des milliers de migrants sont aux portes de l'Union européenne, la chancelière déclare "Wir Schaffen das" : "Nous y arriverons".

1,5 million de migrants ont demandé l'asile en Allemagne

Berlin ouvre ses frontières aux réfugiés, comme aucun autre pays en Europe. Entre 2015 et 2019, 1,5 million de migrants effectuent une demande d'asile en Allemagne.

A Hambourg, ces réfugiés témoignent aujourd'hui leur reconnaissance à la chancelière allemande : "Que serait-il arrivé aux réfugiés qui ont fui les bombardements, si Angela Merkel n'avait pas ouvert les portes", se demande Alamin Abdulaziz.

"En Allemagne, j'ai eu l'opportunité d'apprendre et de travailler. J'ai vu que j'avais un avenir ici", dit un jeune homme.

Que serait-il arrivé aux réfugiés qui ont fui les bombardements si Angela Merkel n'avait pas ouvert les portes ?
Un réfugié

Une intégration globalement réussie

Faciliter l'intégration des réfugiés par l'éducation, la formation et l'emploi. La politique d'accueil d'Angela Merkel est saluée en Europe, mais, en Allemagne, elle divise et entraîne une montée de l'extrême-droite. En octobre 2017, l'AFD fait son entrée au Bundestag.

Cinq ans après le discours de la chancelière, l'intégration des réfugiés est globalement réussie, selon le Centre allemand de recherche sur l'intégration et la migration :

"On constate qu'environ trois-quarts des réfugiés arrivés ici en 2015, 2016 ont aujourd'hui leur propre logement ; ils vivent de manière indépendante, souligne le Dr. Olaf Kleist du Centre de recherche allemand pour l'intégration et la migration. Environ deux tiers de ceux qui ont fui en 2015, 2016 ont un emploi permanent ou une formation, même s'il y a du retard chez les femmes. Dans l'ensemble, l'évolution a été beaucoup plus positive que ce qu'avaient imaginé les plus optimistes il y a quelques années."

Environ trois-quarts des réfugiés arrivés en 2015, 2016 ont aujourd'hui leur propre logement; ils vivent de manière indépendante.
Dr. Olaf Kleist
Centre de recherche allemand pour l'intégration et la migration

Cinq ans après, les arrivées de migrants en Allemagne ont nettement diminué. Mais aux frontières de l'Union européenne, la pression migratoire demeure une réalité, comme le montrent les tentatives de passages clandestins, en particulier en Méditerranée.