Charlie Hebdo et Hyper Cacher : ouverture d'un procès historique

Charlie Hebdo et Hyper Cacher : ouverture d'un procès historique
Tous droits réservés euronews
Par euronews et AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

C'est devant une cour d'assises spéciale que s'est ouvert ce matin à Paris le procès des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher.

PUBLICITÉ

C'est devant une **c****our d'assises spéciale que s'est ouvert ce matin à Paris le procès des attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher**. Onze des quatorze accusés étaient présents dans la salle d'audience, répartis dans deux box sous une étroite surveillance policière.

Des survivants de l'attaque de janvier 2015 contre le journal satirique sont venus à l'audience. Durant deux mois et demi, 150 témoins et experts vont se succéder devant les juges.

Thibault de Montbrial, avocat de l'ancienne journaliste de Charlie Hebdo, Zineb el Rhazoui : "Nous avons des gens en France qui continuent à promouvoir et à défendre l'islamisme que ce soit par bêtise, par déni ou par lâcheté ou par complicité, il faut le dénoncer. C'est un combat pour la démocratie, pour la liberté, pour la République, qui se déroule dans cette salle d'audience, mais qui se déroule également en dehors de cette salle."

Quatorze personnes sont poursuivies, soupçonnées à des degrés divers de soutien logistique aux frères Kouachi et à Amédy Coulibaly, auteurs des tueries qui ont fait 17 morts, entre le 7 et le 9 janvier 2015, quand les trois terroristes ont été abattus par la police.

Ces premières semaines, c'st le témoignage des 200 parties civiles qui va être entendu.

Pour célébrer à sa manière l'évènement, Charlie Hebdo a décidé de publier à nouveau les caricatures de Mahomet qui avaient suscité la colère des fondamentalistes et provoqué, sans doute, les attentats de 2015. De nombreuses réactions d'indignation se sont faites entendre dans le monde arabe, au Pakistan notamment...

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Procès des attentats de 2015 : de la fuite des Kouachi à leur mort

Une nouvelle nef, des vitraux contemporains et un musée : ce qui va changer à Notre-Dame de Paris

Lyon : la Fête des lumières sous haute sécurité