EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

La justice espagnole ordonne à la famille de Franco de restituer sa résidence d'été à l'Etat

Le Pazo de Meiras dans le nord-ouest de l'Espagne, archive du 27 février 2018
Le Pazo de Meiras dans le nord-ouest de l'Espagne, archive du 27 février 2018 Tous droits réservés Miguel Riopa, AFP
Tous droits réservés Miguel Riopa, AFP
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La justice espagnole tranche un différend entre l'Etat et la famille de Francisco Franco. Selon elle, le titre de propriété du Pazo de Meiras, qui a servi de résidence d'été au dictateur et à ses proches, est un faux.

PUBLICITÉ

La justice espagnole a condamné ce mercredi la famille du dictateur Francisco Franco à restituer le Pazo de Meirás, sa résidence d'été, en la déclarant propriété de l'État.

La magistrate Marta Canales juge que le document du 24 mai 1941, par lequel le dictateur est devenu propriétaire des lieux, était un faux, ce qui rend la vente nulle et non avenue.

La décision de justice, qui peut faire l'objet d'un appel, conclut que la propriété était une donation faite à l'époque au chef de l'État espagnol et non à Francisco Franco à titre personnel.

"Le juge déclare que le Pazo de Meirás est propriété de l'État et ordonne à la famille Franco de le restituer"

"Son nom est Francisco Franco Bahamonde, mais la propriété ne lui a pas été donnée en cadeau à titre personnel, mais au chef de l'État. Les allégations des défenseurs concernant l'intention des vendeurs, qui voulaient que le Pazo soit donné à Franco à titre personnel, ne sont pas partagées", a déclaré la juge.

Une acquisition controversée

Situé en Galice, dans le nord-ouest de l'Espagne, le bâtiment de style médiéval a été achevé en 1907 et vendu, avec plus de six hectares de terrain, à une association de partisans de Franco en 1938.

Le gouvernement socialiste espagnol prétend qu'il a été vendu à Franco trois ans plus tard pour une fraction de son prix et affirme que des gardes nommés par l'État l'ont protégé pendant de nombreuses années après sa mort.

Mais Luis Felipe Utrera, un avocat de la famille Franco, a déclaré qu'ils étaient toujours les propriétaires légaux de la propriété et qu'ils en avaient pris soin pendant des décennies.

"Nos clients sont les propriétaires légitimes qui ont maintenu et payé toutes les taxes sur le Pazo de Meirás au cours des 45 dernières années", a-t-il déclaré.

Benito Portela, le maire de Sada, où se trouve la maison d'été de Franco, a déclaré lors de l'audition qu'il s'agit d'une décision historique importante. "Cela devrait permettre de retrouver la dignité et la mémoire de toutes les victimes du régime", a-t-il réagi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

En Espagne, un projet de loi de "mémoire démocratique" pour reconnaître les victimes du franquisme

Euro 2024 : les Espagnols font un triomphe à leur équipe nationale à Madrid

No comment : championnats du monde de kitesurf et de wingsurf