DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Le match OM-PSG dégénère : Neymar accuse un joueur de l'OM de racisme

euronews_icons_loading
Neymar accuse un joueur de l'OM de racisme
Neymar accuse un joueur de l'OM de racisme   -   Tous droits réservés  Michel Euler, AP
Taille du texte Aa Aa

Cinq cartons rouges, des accusations de racisme et des banderoles de supporters qui choquent au sein même du gouvernement français... On peut dire que la Ligue 1 a offert un triste spectacle dimanche soir, lors du Clasico remporté par Marseille contre le Paris Saint-Germain.

Plusieurs joueurs encourent une suspension de matchs après un début de bagarre généralisé à la fin de la rencontre. Neymar a accusé Alvaro Gonzalez de lui avoir proféré des insultes racistes en direct pendant le match, avant de réitérer ses accusations sur Twitter.

A la fin du match, la star brésilienne a perdu son sang froid et a asséné au défenseur marseillais un coup derrière la tête, ce qui lui a valu d'être expulsé du terrain.

La commission de discipline va se pencher mercredi sur les cinq cartons rouges distribués par l'arbitre, a confirmé lundi la Ligue de football professionnel (LFP). Les membres de la commission indépendante vont devoir déterminer le nombre de matches de suspension encourus par les Parisiens Neymar, Layvin Kurzawa et Leandro Paredes, et par les Marseillais Dario Benedetto et Jordan Amavi.

Selon le barème disciplinaire de la Fédération française de football utilisé comme référence pour la Ligue 1, un joueur se rendant coupable d'un "acte de brutalité/coup" peut être puni jusqu'à sept matches de suspension si celui-ci intervient en dehors d'une action de jeu, sans entraîner de blessure.

Cela pourrait notamment être le cas pour Kurzawa qui a donné un coup de poing au visage d'Amavi, lequel a tenté un geste similaire en retour.

Mais ce n'est pas tout. Dimanche soir, des banderoles sexistes et homophobes ont également été déployées aux abords du stade, selon des clichés publiés sur Twitter par un groupe de supporters du PSG. Un comportement condamné par la ministre des Sports Roxana Maracineanu et par le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer ce lundi.

"Ce qui s'est passé à l'extérieur a été aussi de nature, j'ai l'impression, à chauffer les esprits sur les terrains, on l'a vu hier avec une distribution de cartons qu'on n'a jamais vue dans un tel match", a déploré la ministre des Sports. Elle en a appelé à "la responsabilité" des joueurs, des entraîneurs, des clubs et des instances.

Avec tout cela, on en oublierait presque ce qui était censé être l'essentiel, sur le plan sportif, à savoir la victoire de l'OM contre le PSG, 1 à 0, ce qui n'était plus arrivé depuis neuf ans.