DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Quand la mode s'empare du masque à Madrid

euronews_icons_loading
Rossy de Palma défile pour le créateur Andres Sarda pendant la fashion week de Madrid, le 10 septembre 2020
Rossy de Palma défile pour le créateur Andres Sarda pendant la fashion week de Madrid, le 10 septembre 2020   -   Tous droits réservés  Bernat Armangue, AP
Taille du texte Aa Aa

C'est un accessoire qui s'est imposé dans le quotidien de chacun, ces derniers mois : le masque était aussi de rigueur à la Fashion Week de Madrid cette semaine. Dans les allées comme sur les podiums, impossible d'y déroger. Pour la première fois, un fabricant de ce type d'équipements a eu son propre défilé, et près de 15 000 masques ont été distribués sur place.

"On a vu qu'on devait proposer quelque chose d'original", lance Francisco Sans, directeur adjoint de Mascarillas Béjar. "Car les masques sont là pour un moment, et ils sont déjà un accessoire de notre tenue, comme un sac à main, ou un téléphone portable".

Les masques se sont frayé une place au milieu des collections : les couturiers les ont intégrés pour les assortir à leurs créations, comme Ion Fiz, qui a décliné plus d'une douzaine de modèles différents.

"Les gens veulent un masque assorti à leur chemise, ou fabriqué avec le même tissu que leur foulard", indique Ion Fiz, couturier. "Les masques sont des accessoires qui nous accompagnent toute la journée et qui font partie de notre 'look', et c'est un accessoire qui doit pouvoir être aussi un reflet de notre personnalité".

Les masques sont un accessoire qui doit pouvoir être aussi un reflet de notre personnalité
Ion Fiz
Couturier

Cette édition de la Fashion Week s'est avérée inédite, avec un public très clairsemé pour pouvoir garder ses distances : les organisateurs avaient dû revoir leur copie pour maintenir l'événement.

"Pour nous, il était important pour l'industrie de la mode et pour l'Espagne, de maintenir l'événement", estime Nuria de Miguel, directrice de la Fashion Week Mercedes Benz de Madrid, "si nous arrivions à répondre à toutes les exigences sanitaires liées au Covid-19. Il était nécessaire pour les créateurs d'avoir un podium, un lieu de rencontre, un endroit où présenter leur travail".

Les mannequins se retrouvent plus souvent en studio que sur les podiums. Car les événements se font plus rares, et les clients aussi dans les magasins. Les marques renforcent donc leur présence sur Internet, pour doper les ventes.

"On observe une forte augmentation de la demande pour les photos destinées au commerce en ligne", affirme Alejandro Escohotado, directeur de l'agence Six Management. "De nombreuses marques qui n'avaient peut-être pas recours au mannequinat, ou alors pour une infime partie de leur collection, ou qui n'avaient qu'une seule photo par article dans la majeure partie de leur catalogue et elles demandent aujourd'hui davantage de photos avec des mannequins".

Le Covid-19 continue de se propager à travers la planète, de quoi assurer encore de beaux jours aux masques, qui ne sont pas près de passer de mode, et devraient encore inspirer les créateurs.