DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

5 startups qui révolutionnent les technologies alimentaires en Espagne

Un chef dressant des plats de nourriture imprimée en 3D par la machine Foodini.
Un chef dressant des plats de nourriture imprimée en 3D par la machine Foodini.   -   Tous droits réservés  Natural Machines
Taille du texte Aa Aa

L'Espagne est-elle à l'aube d'une révolution agro-alimentaire ? Connu principalement pour sa cuisine traditionnelle, le pays voit apparaître de plus en plus de startups innovantes dans le domaine des technologies de l'alimentation.

José Luis Cabañero, le PDG de Eatable Adventures - l'un des plus grands incubateurs de startups en Europe - attribue cela à la présence de "solides centres de recherche biotechnologique en Espagne". Selon lui, la force motrice de nombre de ces startups est la recherche du "mieux-être".

"Il y a de nouveaux produits, meilleurs pour l'homme, meilleurs pour la nature, mais aussi meilleurs pour la créativité", estime M. Cabañero. "Aujourd'hui, toutes les nouvelles entreprises s'intéressent à la durabilité, il y a une forte demande de produits à base de plantes par exemple. Elles essayent d'atteindre la neutralité carbone."

Nous avons listé les 5 startups de technologies agro-alimentaires à suivre en Espagne.

1. Feltwood : transforme les déchets alimentaires en emballages

Feltwood.com
Cet emballage était auparavant de la salade.Feltwood.com

Localisée à Saragosse, la capitale de l'Aragon, cette startup a créé une technologie capable de produire des matériaux d'emballage à partir de déchets agricoles et de végétaux non destinés à la consommation humaine.

"Les matériaux de Feltwood sont composés à 100% de fibres végétales", explique Arancha Yáñez, la PDG de Feltwood. "Sans plastique, ni adhésif ou liant d'aucune sorte, c'est donc une véritable alternative au plastique et au bois pour de nombreuses applications".

Le matériau produit peut être utilisé pour remplacer les barquettes de fruits et de légumes dans les supermarchés, mais aussi pour des meubles, des jouets, ou comme isolation thermique et acoustique.

D'après Arancha Yáñez, le public est de plus en plus demandeur de solutions écologiques pour réduire les matières plastiques. "Cette demande se reflète même dans la législation européenne adoptée récemment", déclare-t-elle à Euronews. "Nous devons donc continuer à travailler pour trouver des solutions plus écologiques, pour ce secteur et tous les autres. C'est la seule option, il n'y a pas de "planète B".

2. Cubiq Food : une graisse meilleure pour la santé

Cubiq Foods
Cela ressemble à de la margarine, mais c'est en réalité une nouvelle graisse intelligente.Cubiq Foods

Experts en biotechnologie et en pharmaceutique, Andres Montefeltro et Raquel Revilla ont lancé Cubiq Food en décembre 2018. Ils souhaitaient alors utiliser leurs connaissances pour créer des produits plus sains, notamment pour un type d'aliment : les graisses.

"Chez Cubiq Foods, notre objectif est d'intégrer une nouvelle technologie de structuration des graisses pour réduire la teneur en acides gras saturés et le contenu calorique, sans compromettre la texture du produit final", explique Andres Montefeltro.

Pour cela, ils ont créé des graisses à base de cellules riches en acides gras Oméga-3. Leurs produits ne sont toutefois destinés à être consommés tels quels. Ils sont ajoutés à d'autres aliments, comme la viande cultivée en laboratoire, pour en améliorer la saveur et la texture.

L'entreprise travaille également à transformer les huiles en graisses solides. Ces dernières pourraient notamment être ajouté à la composition des burgers végétariens, pour remplacer l'huile de coco, très riche en graisses saturées.

Selon Andres Montefeltro et Raquel Revilla, plus de 30 structures en Espagne ont indiqué qu'elles souhaitaient travailler avec Cubiq Food. Mais ils faudra attendre fin 2020 pour que les prototypes soient entièrement terminés.

3. Heura : la viande végétale plus vraie que nature

Foods for Tomorrow
Ratatouille et viande végétale Heura.Foods for Tomorrow

Bernat Añaños est un ancien militant des droits sociaux. Il a cofondé Heura après un constat : "D'ici 2050, il y aura 10 milliards de personnes sur la planète. Si l'on tient compte de ces prédictions, il n'y aura pas assez de nourriture pour tout le monde, et plus assez de place pour le bétail. "

Créer une viande végétale Heura demande 94% d'eau en moins que la même quantité de viande de veau. Alors que 1 kg de bœuf nécessite 20 kg de céréales, la même quantité de viande Heura n'a besoin que de 0,5 kg de soja.

D'après l'entreprise, les viandes végétales goûts poulet et steak ont trompé les testeurs lors des séances de dégustation à l'aveugle. "Lorsqu'ils goûtent les produits Heura, les gens pensent qu'ils mangent de la viande. Et quand ils réalisent que ce n'est pas le cas, ils recommandent nos produits à leurs familles et leurs amis", raconte Bernat Añaños.

Déjà présente dans sept pays d'Europe et d'Asie, la marque Heura prévoit de s'étendre prochainement à l'Amérique Latine.

4. EthicHub: prêts, investissements et café éthique

Jori Armbruster
Jori Ambruster (à droite) et des cultivateurs de café.Jori Armbruster

EthicHub est une plateforme de "crowlending" (des opérations de prêts à des PME souscrites par des particuliers), qui connecte des agriculteurs n'ayant pas accès aux prêts bancaires avec des investisseurs cherchant à accroître leur rentabilité ou voulant avoir un impact social.

Basé sur la technologie blockchain, EthicHub "facilite les transactions financières globales entre les petits paysans, notamment les producteurs de café du Chiapas, au Mexique, et les revendeurs européens", explique Jordi Armbruster, le PDG d'EthicHub.

En ce mois de septembre 2020, la plateforme compte 500 prêteurs du monde entier. Les prêts sont ensuite utilisés par les petits exploitants agricoles pour acheter des engrais, des séchoirs à grains fonctionnant à l'énergie solaire ou pour payer les salaires des employés.

Aligné sur certains des objectifs de développement durable des Nations unies, le principal objectif d'EthicHub est "de réduire à zéro la pauvreté dans la région", bien que l'objectif d'Armbruster soit encore plus global : "Je veux montrer qu'il est possible de faire autrement, et je souhaite être encore plus rentable que la façon traditionnelle d'exploiter les ressources".

5. Foodini : une imprimante 3D pour votre cuisine

Natural Machines
Les imprimantes Foodini dans un restaurant.Natural Machines

Inaugurée en 2012, l'entreprise espagnole Natural Machines est considérée aujourd'hui comme l'un des leaders du secteur de la technologie alimentaire.

Grâce à une application, accessible par smartphone ou tablette, l'utilisateur de l'imprimante 3D Foodini sélectionne simplement un modèle, ou une forme, et ajoute jusqu'à cinq ingrédients.

"Foodini" rassemble ensuite la nourriture dans la capsule, le bec, et l'imprime en plusieurs couches. C'est assez semblable à une imprimante à jet d'encre", explique la cofondatrice, Lynette Kucsma.

L'imprimante peut préparer un plat complet, comme une pizza ou des pâtes, ou être utilisée pour créer des motifs complexes sur des gâteaux ou une assiette.

"C'est très efficace pour la cuisine. Mais c'est aussi un moyen facile de vous aider à préparer des plats maison", ajoute Lynette Kucsma.

Le Foodini ne mesure que 43x45 cm et coûte environ 4 000 euros. Il a reçu de nombreuses récompenses, et se classe dans les 25 premières innovations de la liste officielle FoodTech 500.